Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > VIDEO. Bouches-du-Rhône : Les oursins pêchés dans le golfe de Fos-sur-Mer (...)

VIDEO. Bouches-du-Rhône : Les oursins pêchés dans le golfe de Fos-sur-Mer sont-ils des « mutants » ?

Dernière mise à jour le jeudi 14 février 2019

Article paru sur le site "20 minutes :"
- 12 Février 2019
Visualiser l’article original


Le golfe de Fos-sur-Mer borde l’une des plus importantes zones industrielles d’Europe.
Des millions de m3 de chlore y sont déversés chaque année par les industriels.
Ces rejets ont des conséquences sur les oursins présents naturellement dans ce milieu.

L’eau se fait soudainement plus claire, et on peut entendre distinctement une sorte de crépitement. La faute au chlore rejeté directement dans la mer par les différentes industries qui bordent le golfe de Fos-sur-Mer, dans les Bouches-du-Rhône..
Les entreprises de l’un des plus importantes industrielles d’Europe sont en effet autorisées à déverser dans ce golfe, sous un certain seuil, le chlore qu’elles utilisent afin de nettoyer les tuyaux par lesquels elles pompent de l’eau.

Mais quelles conséquences ces rejets de chlore peuvent-ils avoir sur les animaux de cette zone consommés par l’homme, comme l’oursin ? Depuis près de deux ans, une étude, baptisée Fos-Sea, est menée par l’institut écocitoyen pour la connaissance des pollutions et coordonnée par le laboratoire chimie de l’environnement d’Aix-Marseille université. Les premiers résultats sont clairs : dans ce milieu connu pour concentrer différentes substances toxiques, les oursins ont développé une résistance particulière aux polluants, comme le chlore.
Six millions de m3 de chlore

« Chaque année sont rejetés près de 6 millions de m3 de chlore dans le golfe de Fos-sur-Mer, explique Jean-Luc Boudenne, professeur au sein du laboratoire et coordinateur de l’étude. Or, ce chlore, au contact de la matière organique présente dans la mer, se transforme en sous-produits de chloration, dont certains peuvent être toxiques voire cancérigènes. »

Dans le cadre de cette étude, des oursins sont prélevés dans le golfe, à proximité d’une zone de rejet de chlore, ainsi que d’autres de leurs congénères vivant, eux, sur l’archipel des Embiez classé zone Natura 2000. Des fécondations sont effectuées en laboratoire, puis les larves sont soumises à des doses croissantes de sous-produits de chloration, jusqu’à ce qu’elles meurent.
Des oursins ultrarésistants

« Les doses létales sont beaucoup plus importantes pour les oursins de Fos, si bien que l’on peut supposer que les oursins des Embiez ne pourraient probablement pas survivre », poursuit Jean-Luc Boudenne. Comment l’expliquer ?

Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP