Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Selon le WWF, la surpêche du thon rouge persiste

Selon le WWF, la surpêche du thon rouge persiste

Dernière mise à jour le mardi 15 novembre 2011

Article paru sur le site "Actualité News Environnement" - Dimanche 13 Novembre 2011
Visualiser l’article original



Selon le WWF, la surpêche du thon rouge persiste

Par Jean-Charles BATENBAUM

A la veille de l’ouverture de l’ICCAT, qui a eu lieu le 11 novembre dernier, la WWF a sortit une toute nouvelle étude, qui démontre que la capacité de capture des navires ciblant le thon rouge est deux fois supérieure aux quotas autorisés dans l’Atlantique Est ainsi qu’en Méditerranée, et qu’il est urgent de renforcer le plan de réduction de la capacité.

Dans ce sens, le WWF exhorte l’ICCAT à mettre en place un système de traçabilité infaillible y compris dans les fermes d’engraissement ou, le cas échéant, les interdire.

Les Etats pêcheurs de thon rouge, réunis à Istanbul (Turquie) du 11 au 19 novembre, doivent renforcer les contrôles des prises pour mettre fin à la pêche illégale et la surpêche des espèces menacées, recommandent des ONG.

Malgré les efforts des membres de la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (CICTA) pour réduire les quotas de thon rouge de l’Atlantique, la pêche illégale et les fraudes continuent à faire augmenter le total des prises au-delà de ce que les scientifiques considèrent durable

Lors de cette 22e édition de l’ICCAT, le WWF se concentrera à la fois sur l’évaluation de la mise en œuvre du plan de gestion durable du thon rouge mais également, sur l’espadon de Méditerranée qui fait son entrée, cette année, à la table des discussions. Situation particulièrement critique car aucun plan n’a encore été établi pour cette espèce qui, comme le thon rouge, est fortement menacée, peut-on lire dans un communiqué de presse.

Cette nouvelle étude du WWF révèle que la surcapacité de pêche du thon rouge est encore très répandue. Entre 2008 et 2010, les capacités de pêche étaient estimées entre 31.500 tonnes et 34.000 tonnes, soit déjà bien au-delà du TAC actuel (total autorisé de capture) fixé par l’ICCAT (12.900 tonnes en 2011) ; ce qui laisse le champ libre à la pêche INN.

« La surcapacité est la porte d’entrée à la surpêche. Les gestionnaires ont largement sous-estimé le potentiel de capture des navires donc, malgré la réduction de la capacité de pêche réalisée au cours des années passées, nous sommes encore loin d’en finir avec cette surcapacité. Comment expliquer que les quotas individuels attribués à chaque navire par les gouvernements nationaux soient, dans la plupart des cas, largement supérieurs à la capacité de capture de ces navires estimée par l’ICCAT ? » déclare, à cet effet, Isabelle Autissier, présidente du WWF France.

Le WWF demande la mise en place d’un système de traçabilité infaillible y compris dans les fermes d’engraissement de thons rouges, ou, le cas échéant de les interdire. Selon Sergi Tudela, responsable pêche du WWF, 15 ans après leur apparition en Méditerranée, les fermes d’engraissement sont encore des zones d’ombres, rendant impossible toute traçabilité.

En attendant, le WWF appelle l’ICCAT à adopter un système électronique de documentation de capture de thon rouge (eBCD – electonique Bluefin Catch Document) pour permettre une traçabilité sans faille et en temps réel.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP