Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Pont-de-Pierre : les hydroliennes en vue

Pont-de-Pierre : les hydroliennes en vue

Dernière mise à jour le mardi 7 juin 2011

Article paru sur le site "Sud-Ouest" - Vendredi 03 Juin 2011
Visualiser l’article original



Pont-de-Pierre : les hydroliennes en vue

Le programme de France Énergies Maritimes, au sein duquel figure l’expérimentation bordelaise, est présélectionné pour bénéficier du Grand Emprunt.

Des hydroliennes sous le pont de pierre : l’idée vient de franchir une étape majeure. Le programme de France Énergies Maritimes, au sein duquel figure le projet d’expérimentation de turbines en plein cœur de Bordeaux, a été présélectionné pour figurer au tableau des investissements d’avenir que financera en grande partie le Grand Emprunt.

Pour saisir l’importance de la nouvelle, il est nécessaire de revenir un peu en arrière. Les ministères de l’Écologie, de l’Enseignement supérieur et de la recherche, de l’Industrie, de l’énergie et de l’économie numérique et le commissariat général à l’investissement ont lancé l’an passé un appel à projets en vue de créer des instituts d’excellence pour les énergies décarbonées.

Décision le 15 juillet

Dix-neuf projets ont été déposés. Huit d’entre eux viennent d’être retenus. Deux sont immédiatement labellisés : l’institut national pour le développement des écotechnologies et des énergies décarbonées à Lyon (Indeed) et Picardie Innovations végétales, enseignements et recherches technologiques (Pivert). Les 6 autres dossiers sont présélectionnés. Pour franchir l’ultime étape, le 15 juillet, ils doivent répondre à des questions complémentaires.

France Énergies Maritimes fait partie de ces 6 présélectionnés. Soutenu par l’Ifremer, FEM se propose de travailler sur quatre types d’énergie : l’éolien en mer, l’hydrolien, l’houlomoteur et l’énergie thermique des mers. 55 chercheurs, ingénieurs et techniciens sont concernés.

Le projet de Bordeaux est inscrit dans ce programme sous le nom de Seeneon, comme Site expérimental estuarien national pour l’essai et l’optimisation d’hydroliennes. Il est porté par l’ensemble des collectivités locales (Région, Département, CUB, Ville de Bordeaux) ainsi que plusieurs unités ou sociétés dont Gtm, Néotech, EDF, Mixemer, Cérénis, Valorem, le port maritime, le Cread et Energie de la Lune.

Objectif : démontrer que des hydroliennes glissées dans un fleuve, en l’occurrence la Garonne, peuvent produire de l’électricité et être rentables. Le fait que le SEENEON ait retenu l’attention est une excellente nouvelle. Elle réjouit d’ailleurs Marc Lafosse d’Énergie de Lune. Pour mémoire, l’ancien champion de France de natation et océanographe et son collaborateur, Jérome Cougoul, ont été les premiers à lancer l’idée de placer des hydroliennes sous le pont de pierre. Une idée qui a aussitôt fait mouche à la mairie et déjà conduit à la mise en place d’une hydrolienne expérimentale sous le ponton d’honneur Richelieu.

Unique en Europe

Une fois que le projet sera retenu (il est peu probable qu’il ne le soit pas), Bordeaux deviendra un lieu d’expérimentation unique en Europe. Trois types d’hydroliennes seront testés. Des turbines verticales ou horizontales. Elles seront placées 15 mètres en aval de la 4e et la 5e arche du pont, côté rive gauche.

L’expérimentation durera plusieurs mois et si elle s’avère concluante, Bordeaux pourra créer la première ferme hydrolienne mise en place sur un fleuve et en plein centre d’une ville. Seule la Ville de New York possède à ce jour un équipement de ce type. Six hydroliennes fonctionnent en permanence pour fournir de l’électricité à un grand magasin et son immense parking.

Les porteurs du projet bordelais sont convaincus qu’il est possible de réaliser la même chose à Bordeaux. Il ne reste donc plus qu’à croiser les doigts…



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP