Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Petite mer de Gâvres. Le garde-juré à pied d’oeuvre dès lundi

Petite mer de Gâvres. Le garde-juré à pied d’oeuvre dès lundi

Dernière mise à jour le mardi 17 mai 2011

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Samedi 14 Mai 2011
Visualiser l’article original



Petite mer de Gâvres. Le garde-juré à pied d’oeuvre dès lundi

Le garde-juré sera à pied d’oeuvre dès lundi sur l’estran de la Petite mer de Gâvres. Et comme par miracle, tout le monde s’en félicite.

Ce ne sera pas le shérif du coin ». Le sourire entendu, Olivier Le Nézet a dévoilé, hier matin, le nom du garde-juré. François Le Bihan, 28 ans, n’arrive pas en territoire inconnu sur ce bout d’estran. Originaire de Locoal-Mendon, en voisin de la rivière d’Etel, le jeune homme sait par ailleurs où il met les bottes puisqu’il officiait jusqu’alors à la préfecture maritime de Brest, au contrôle des pêches. « Son rôle sera d’informer, de communiquer et de prévenir les infractions », expose le président du comité local des pêches de Lorient, pas mécontent d’arriver à imposer une procédure, fortement contestée il y a encore quelques semaines par les élus de la Petite mer de Gâvres et un bataillon de pêcheurs plaisanciers.

Prévention peut rimer avec sanction

Que les amateurs de la pêche récréative se rassurent. « Il n’a pas pour mission d’aller fouiller dans la godaille des mamies ». Son poste, financé depuis plus d’un an par une augmentation substantielle des licences (285EUR), est d’encadrer l’activité des professionnels (100 timbres délivrés par an) et donc d’assurer la bonne gestion des gisements. « Il apportera aussi son concours aux services d’Ifremer ». Rien n’interdit, néanmoins, au garde-juré de regarder de plus près l’activité des plaisanciers. Notamment dans les cas avérés de braconnage. « Il peut contrôler, relever des infractions et dresser des procès-verbaux. L’opportunité des poursuites appartient ensuite à l’administration (directeur du contrôle des pêches) et au procureurde la République », détaille Olivier LeNézet qui dit aussi qu’un « bon garde-juré doit être transparent ». Gare donc aux resquilleurs ! « On a investi dans une bonne paire de jumelles ».

Le feu vert des maires

Dès lundi, avec l’ouverture du gisement de Gâvres aux professionnels, François Le Bihan sera sur place. Et Olivier Le Nézet ne doute pas un instant de l’accueil qui lui sera réservé. « Il est assermenté. C’est l’équivalent d’un policier municipal. Il n’y a aucune raison que cela se passe mal dès lors que l’on respecte la loi ». La fronde ne viendra pas des maires, qui longtemps sur les dents, ont été convaincus, jeudi matin, par l’arbitrage du préfet. « On a reçu l’assurance qu’il contrôlerait prioritairement les professionnels », relate Dominique LeVouëdec, le maire de Gâvres, qui partage la vision préfectorale d’« une gestion partagée de l’estranà moyen terme ». Quant à la présence de l’association SOS Petite mer de Gâvres qui revendique le droit de vendre des coquillages en toute illégalité, « ceux qui respectent la loi peuvent dormir tranquilles », met simplement en garde le patron du comité local des pêches.

Régis Nescop



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP