Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Pêcheurs et élus condamnent la méthode Greenpeace

Pêcheurs et élus condamnent la méthode Greenpeace

Dernière mise à jour le mercredi 9 novembre 2011

Article paru sur le site "Ouest-France" - Vendredi 28 Octobre 2011
Visualiser l’article original



Pêcheurs et élus condamnent la méthode Greenpeace

Mercredi, des militants de l’organisation écologiste ont barré la route au Pierre-Jacques Matigny. Le chalutier de la Scapêche était en pêche au nord-ouest de l’Irlande.

Par son action, Greenpeace entend protester contre la pêche des grands fonds, dont elle réclame l’interdiction au nom de la protection de la ressource et des fonds marins. C’est la première fois qu’un bateau de la Scapêche est directement visé.

Les réactions

Olivier Le Nézet, président du comité local des pêches de Lorient-Étel : « Il y en a marre de ces organisations non gouvernementales, les ONG, qui ont une méconnaissance totale de nos métiers. Greenpeace, ce sont des ayatollahs ! On ne les entend jamais sur la pêche minotière ni sur la pollution des océans par les rejets terrestres. Ce type d’action est pathétique. »

Norbert Métairie, maire de Lorient : « C’est un nouveau coup d’éclat à visée médiatique qui ne me surprend pas. C’est un geste hostile, qui aurait pu mettre en danger la vie des gens. C’est bien loin de la concertation que nous prônons ici. Nous oeuvrons pour une pêche durable et responsable pour préserver la ressource et les hommes et les femmes qui travaillent dans la filière. Nous y arriverons par le dialogue et l’expertise partagée plus que par la manipulation de l’opinion. Cette manière d’agir est très regrettable. »

Jean-Paul Aucher, adjoint au maire de Lorient, élu Europe Écologie - les Verts : « Sur l’action en elle-même je n’ai pas grand-chose à dire. Je me dis simplement que les gens de Greenpeace sont assez grands pour savoir ce qu’ils font. Mais la Scapêche est plutôt promoteur d’une discussion avec ces associations, alors on peut regretter que cela se passe comme ça. On a mis en valeur ce qui se passe à Lorient en matière de pêche durable. On voit bien que la Scapêche fait des efforts par rapport à d’autres en France ou à l’étranger. Je crois qu’il faut plutôt jouer cette carte-là pour avancer. »

Dominique Lechat, président des mareyeurs de Keroman : « Ce que fait Greenpeace est complètement absurde et grave ! Parler de « crime des grands fonds », c’est proprement scandaleux, c’est désinformer le consommateur. La réalité, c’est que la ressource va bien ! Nous devons tous nous mobiliser. »

Yves Guirriec, directeur de la Cep, gestionnaire du port de pêche : « Greenpeace utilise la surcommunication comme machine de guerre. Mais est-ce la vocation d’une organisation écologiste de faire du sensationnel ? Où est la part de discussion ? Et ses financeurs, Greenpeace n’en parle pas beaucoup... Sont-ils tous exemplaires en matière de protection de l’environnement ? »

Gwendal Rouillard, député socialiste du Morbihan : « Les responsables c’est nous et les irresponsables c’est eux. Il y en a marre des donneurs de leçon. La Scapêche a une démarche sérieuse. Le pouvoir de nuisance de Greenpeace n’apporte aucune crédibilité écologique. Je remarque qu’il y a une forme de cohérence entre leurs actions et les discours tenus par la commissaire européenne à la pêche, Mme Damaniaki. Leur angle d’attaque, c’est la pêche au chalut. Avec les parlementaires des deux groupes mer du Sénat et de l’Assemblée nationale, nous avons convenu de nous déplacer à Bruxelles avant la fin de l’année pour rencontrer les autres parlementaires européens. La bataille continue. »

Maurice Benoish, président de la Sem Lorient Keroman, concessionnaire du port de pêche : « Tout ce qui est excessif est mauvais, car il n’y a plus de raison. La pêche des grands fonds est la pêche la plus encadrée en Europe. C’est une pêche sérieuse. On ne peut pas ne pas penser que cette action de Greenpeace dissimule autre chose. On ne voit pas l’organisation s’attaquer aux vrais problèmes de la surpêche, de la pêche illégale, des marins exploités à travers le monde. Pourquoi le pêcheur européen est-il visé ? Sans doute parce que la mer devient un enjeu économique pour ceux qui ont d’autres ambitions que de pêcher du poisson. Le pêcheur gêne. »

Recueilli par Christel MARTEEL et Charles JOSSE



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP