Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Pêche. « Les pêcheurs plus menacés que les poissons »

Pêche. « Les pêcheurs plus menacés que les poissons »

Dernière mise à jour le jeudi 7 juillet 2011

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Jeudi 07 Juillet 2011
Visualiser l’article original



Pêche. « Les pêcheurs plus menacés que les poissons »

Norbert Métairie tire à boulets rouges sur le projet de réforme de Maria Damanaki, commissaire européenne chargée de la pêche. Ces orientations constituent, selon lui, un grave danger pour la filière.

Le projet de réforme de Maria Damanaki, qui sera présenté le 13juillet prochain, n’a pas fini de faire des vagues. Les réactions pleuvent. Elles arrivent de tous les côtés, à la fois des professionnels et des élus. Norbert Métairie, président de Cap l’Orient, a décidé d’exprimer à la fois son « inquiétude » et même son « effarement » face aux orientations européennes. Selon lui, ce projet, qui déterminera la nouvelle politique européenne à partir de 2013, met en danger l’ensemble de la filière pêche.

Une application « fondamentaliste »

Dans un courrier adressé à la commissaire européenne, il dénonce « les lobbies environnementalistes ». Ces derniers « accusent les professionnels de pratiquer une pêche irresponsable et destructrice des éco-systèmes marins en répandant des contre-vérités ». Pour Norbert Métairie, ces lobbies défendent une application « fondamentaliste » du principe de précaution. « Ils manipulent l’opinion publique sans prendre en compte l’intérêt économique et social de la filière ». L’élu rappelle que l’activité pêche génère 3.000 emplois directs à Lorient. De lourds investissements ont été réalisés récemment, notamment à Kéroman où plus 5M€ ont été injectés pour rénover le port. Des actions fortes, soutenues par les collectivités, en faveur d’une « pêche durable d’un point de vue économique et écologique ». Le point central de la réforme, outre les restrictions budgétaires, est la réduction des capacités de pêche pour préserver les ressources halieutiques. L’objectif est de réduire d’un quart les taux de captures autorisés pour toutes les espèces dont les scientifiques n’apprécient pas ou mal l’état des stocks. Deux tiers des stocks européens sont concernés. « Nous sommes d’accord pour protéger des espèces menacées mais pourquoi un tel radicalisme ? », s’interroge Norbert Métairie, « Les professionnels ont conscience qu’il faut préserver les ressources ». Autre sujet de préoccupation : les quotas transférables, sorte de « droit à payer » monnayables. « Ces quotas individuels pourront être rachetés par des grands groupes. Cette instauration d’un libéralisme "vert" va totalement déstabiliser la filière ».

Pas de prise en compte de l’avis des pêcheurs

« L’avis des professionnelsn’est pas pris en compte ». Pour Norbert Métairie, à travers cette nouvelle réforme, « plus que les poissons, ce sont les pêcheurs les plus menacés ». Gwendal Rouillard, Député du Morbihan, fait part de sa rencontre avec des représentants du cabinet de Bruno Le Maire, qui s’est déroulée hier matin. « J’ai pu vérifier notre accord avec le Ministre et notre opposition claire et déterminée aux options proposées par Maria Damanaki. Face à cette stratégie qui ne tient absolument pas compte des réalités, une réorientation des politiques est aujourd’hui indispensable. Pour assurer son développement, le secteur de la pêche attend que la France s’exprime d’une voix forte en Europe ».

Steven Lecornu



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP