Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Mortalité des huîtres : la version d’Ifremer contredite

Mortalité des huîtres : la version d’Ifremer contredite

Dernière mise à jour le mercredi 9 novembre 2011

Article paru sur le site "Le Mensuel de Rennes" - Jeudi 20 Octobre 2011
Visualiser l’article original



Mortalité des huîtres : la version d’Ifremer contredite

Le laboratoire Franck Duncombe de Caen, cité dans Le Mensuel actuellement en kiosque, publie une découverte qui ébranle la version d’Ifremer, le laboratoire de référence en matière de mortalité des huîtres.

Depuis quatre années, les plus jeunes huîtres crèvent de façon conséquente et inquiétante à cause d’un virus, le Os-HV1 (Lire le Mensuel du Golfe du Morbihan de septembre 2010).

Pour Ifremer, laboratoire de référence en matière de mortalité des huîtres, c’est la mutation de ce virus en un variant plus virulent, détecté par son laboratoire en 2008, qui serait responsable à 99% de la mortalité des huîtres*.

LE VARIANT ACTIF BIEN AVANT 2008

Dans son laboratoire départemental de Caen, Maryline Houssin, chef du service microbiologie, vient de publier une découverte qui ébranle la version d’Ifremer. Pour elle, "le variant Mircovar du virus OS-HV responsable des mortalités des huîtres n’est pas apparu en 2008 comme on le pensait", écrit-elle dans un communiqué. Son service a effectivement décelé la présence de ce variant dans des échantillons d’huîtres étudiés en 2004 et 2005 par une doctorante du laboratoire PE2M de l’université de Caen, et précieusement conservé par l’IRSN d’Octeville.

Interrogée dans Le Mensuel du Golfe en kiosque, Maryline Houssin laissait déjà entendre que ce Mircovar était présent dans les huîtres bien avant 2008, "en accord avec les observations des professionnels pour lesquels l’accroissement des mortalités a débuté bien avant 2008."

"Ce résultat acquis acquis dans le cadre du Centre de référence sur l’huître, remet clairement en question les connaissances actuelles", reconnaît la scientifique. Pour autant, Maryline Houssin n’a reçu aucun retour de ses homologues d’Ifremer pour l’instant. "Ils sont au courant", assure-t-elle.

Contactés, les responsables nantais et trinitains du laboratoire Ifremer n’ont pu être joints. Tous sont aujourd’hui convoqués en réunion à Nantes.

*lire l’interview d’Edouard Bédier, responsable de l’antenne Ifremer à La Trinité-sur-Mer dans Le Mensuel du Golfe de septembre 2010.

Retrouvez l’interview de Marylin Houssin dans Le Mensuel du Golfe du Morbihan (N°78 - Octobre 2011) actuellement en kiosque.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP