Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Littoral. La grande marée des éco-citoyens

Littoral. La grande marée des éco-citoyens

Dernière mise à jour le jeudi 31 mars 2011

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Samedi 26 Mars 2011
Visualiser l’article original



Littoral. La grande marée des éco-citoyens

Ils seront à nouveau des centaines, ce week-end, à se mobiliser pour la propreté des plages. Une implication de tous les instants en baie d’Audierne où le ramassage spontané supplante peu à peu les opérations d’envergure.

Il y a bien eu un frigo, un ordinateur ou, plus récemment un mystérieux objet qui ressemblait à une roue d’avion. Au gré des marées, la mer apporte son lot de déchets, tout le long de la baie d’Audierne. Des kilos et des kilos de déchets essentiellement constitués de cordages, de plastiques et de verre. En l’espace de quatre jours, une petite armée d’éco-citoyens va ratisser les plages de la baie (lire ci-dessous). Trois actions qui, pour le syndicat intercommunal chargé de la gestion des espaces naturels, s’inscrivent dans le cadre d’une politique au long cours de gestion des déchets. Elle fait l’objet d’un suivi, en collaboration avec le Centre de documentation, de recherche et d’expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux. La stratégie qui s’affine d’année en année semble porter ses fruits. Elle écarte le ramassage mécanique jugé inadapté à l’environnement de la baie. Et nécessite de ce fait une forte mobilisation du public.

100m³ de déchets

Au final, la baie d’Audierne paraît comme un écrin privilégié. Le fruit d’un important travail. Il conduit, chaque année, à retirer plus de 100m³ de déchets de l’estran. Des opérations qui, outre les risques d’une blessure provoquée par un bout de verre, sont essentiellement vouées à combattre une pollution visuelle. « Les macrodéchets comme les microdéchets sont bien plus dangereux en mer », concède Bernard Trébern, militant de l’association Bretagne vivante. Ces objets proviennent de la mer, principalement de la pêche. Une réalité qui a conduit le comité local des pêches du Guilvinec à inviter ses adhérents à participer aux opérations du week-end. Une bonne manière de prolonger les ramassages en mer développés dans le cadre des contrats bleus.

Ramassage spontané

Pour l’ornithologue comme pour l’ensemble des acteurs de la protection de l’environnement, « le principal intérêt des opérations de nettoyage est l’implication des gens qui vont en même temps découvrir ce que la mer nous amène et surtout un environnement à protéger ». La sensibilisation porte d’ailleurs ses fruits, si l’on en juge par le succès du ramassage spontané. Depuis 2006, en lien avec les Établissement spécialisés d’aide par le travail et les Espaces jeunes voisins, six bacs de collecte ont été disposés tout au long du littoral. « Le ramassage spontané supplante peu à peu les collectes organisées », souligne Grégory Thomas, le garde littoral de la baie d’Audierne. Au point que, l’an passé, les promeneurs ont déposé près de 50m³ de déchets dans ces collecteurs.

Une quinzaine d’opérations

Les trois opérations du week-end conservent pourtant tout leur intérêt. Organisées chaque année après les grandes marées du début du printemps, elles suivent généralement de gros arrivages de déchets. « Elles permettent surtout d’agir avant les périodes de nidification », insiste Grégory Thomas. Dans un mois et jusqu’au début de l’été, l’heure sera à préserver la quiétude des nicheurs, pas au ramassage des déchets. La transmission d’une culture de l’environnement de la plage est tout aussi importante que le ramassage, aux yeux des organisateurs des Initiatives océanes de la Surfrider foundation. Les adolescents des Espaces jeunes de Plomeur et Penmarc’h et les travailleurs des Esat l’ont bien compris. Ils réalisent chaque année douze opérations de ramassage sur les plages de la baie d’Audierne.

Jean Le Borgne



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP