Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Les pics de toxine relevés juste après Xynthia

Les pics de toxine relevés juste après Xynthia

Dernière mise à jour le mardi 30 novembre 2010

Article paru sur le site "Ouest-France" - Vendredi 26 Novembre 2010
Visualiser l’article original



Les pics de toxine relevés juste après Xynthia

Entretien
Anne Pellouin-Grouhel, responsable du laboratoire environnement ressource de l’Ifremer, à Nantes.

Qu’est-ce que la toxine ASP ?

Elle peut aller jusqu’à provoquer des troubles de la mémoire. ASP signifie Amnesic shellfish poison. Elle est produite par la pseudonitzschia, une micro-algue qui se multiplie à certaines périodes de l’année, quand elle trouve des conditions favorables. Température, éléments nutritifs...

Pourquoi la saint-jacques est-elle touchée ?

Elle accumule la toxine dans la partie noire. La noix n’est pas concernée. Contrairement à d’autres coquillages, elle est très longue à se décontaminer. Il y a donc un décalage dans le temps. Alors qu’on observe moins de toxine dans l’eau, et que les autres coquillages peuvent être consommés, la saint-jacques met des mois à se décontaminer.

Peut-on faire le lien avec la tempête Xynthia ?

Il y a de fortes présomptions. Les pics de contaminations ont été observés juste après, au printemps. Le lien est établi, sans que l’on puisse expliquer précisément pourquoi. En quoi une tempête peut-elle jouer ? En favorisant la remise en suspension de sédiments, par exemple.

Combien de temps cette contamination peut-elle durer ?

Difficile d’imaginer qu’on redescendra en dessous du seuil réglementaire avant février mars. Le même phénomène s’était produit à Brest il y a quelques années. Cela avait duré dix-huit mois. La prochaine campagne est-elle menacée ? Beaucoup plus difficile de se projeter. Mais on sait que ça peut être très long.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP