Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Les océans en apnée

Les océans en apnée

Dernière mise à jour le mardi 18 mai 2010

France-Info.com - Dimanche 15 Mai 2010
Nathalie Fontrel



Les océans en apnée

Les océans sont en manque d’oxygène. 10% des fonds marins sont touchés d’après les chercheurs de l’IRD, l’Institut de recherche pour le développement. L’impact sur la vie marine est considérable.

Les océans sont obligés d’avaler des quantités considérables de nutriments : lessivages des sols agricoles, rejets des eaux usées apportent au milieu marin de l’azote. Il provoque une prolifération du phytoplancton : lorsque ce dernier meurt, sa décomposition consomme de l’oxygène. D’où l’apparition de zones mortes dans la mer. A ce phénomène s’ajoute le réchauffement des eaux de surface. Cette chaleur limite la capacité de l’eau à absorber de l’oxygène. Les chercheurs de l’IRD ont cartographié la limite supérieure de ces eaux mortes au large des côtes péruviennes avec une précision jamais atteinte jusqu’à présent. L’utilisation de sondes ou les prélèvements en mer coutent cher et apportent des données assez grossières : tous les 30 kilomètres au mieux. Or on s’est aperçu que les organismes vivants, planctons poissons ne peuvent pas vivre dans la zone de minimum d’oxygène raconte Arnaud Bertrand, ils restent juste au dessus. On peut les repérer par acoustique, avec une mesure chaque seconde le long du trajet du navire et tracer la limite supérieure de la couche sans oxygène.

Dans certaines zones, elle est présente à moins de 10 mètres de la surface. L’absence d’oxygène bouleverse l’écosystème... les organismes marins sont invités à aller respirer ailleurs, plus loin ou plus près de la surface. Les zones sans oxygènes provoquent une crise du logement. Les anchois s’en sortent relativement bien mais les sardines sont exclues remarque Arnaud Bertrand. Et le risque est aussi climatique.

Ces zones mortes sont chargées en gaz carbonique, gaz à effet de serre, et en oxyde nitreux dont le pouvoir réchauffant est 300 fois supérieur à celui du C02. Imaginons qu’elles finissent par remonter à la surface : les gaz vont s’échapper dans l’atmosphère.

C’est déjà arrivé dans les années 70 au large de la Namibie... où les populations de sardines ont disparu. Une catastrophe pour les pêcheurs. S’il se produit au large du Pérou, il provoquera la disparition de la plus grande pêcherie du monde.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP