Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Les huîtres seront plus chères à Noël

Les huîtres seront plus chères à Noël

Dernière mise à jour le mercredi 15 septembre 2010

Article paru sur le site "Ouest-France.fr" - Mercredi 15 Septembre 2010
Visualiser l’article original



Les huîtres seront plus chères à Noël

Parmi les mesures pour survivre à la surmortalité des naissains, en Charente-Maritime, les ostréicultures évoquent la hausse des prix.

Forte mobilisation des professionnels, hier à Fouras, en Charente-Maritime, pour la première étape des assises régionales de la conchyliculture. Objectif : dégager des pistes permettant de sauver la profession confrontée, pour la troisième année consécutive, à une surmortalité des naissains. « Il nous manque 40 % d’huîtres commercialisables. L’an prochain, nous aurons un déficit de 70 %. À ce niveau, on ne peut plus faire tourner nos entreprises. » L’assemblée est unanime sur le constat.

L’urgence, « réussir à tenir le temps de reconstituer les stocks ». Première mesure visible pour les consommateurs, « les prix vont monter », prévient Jean-Pierre Suire, président de l’OP (Organisation des producteurs). « On table sur une augmentation de 15 % à 30 % selon les tailles. » Un rééquilibrage « obligatoire et logique. Quand les viticulteurs font une mauvaise récolte, le prix du vin grimpe », souligne Gérald Viaud, président de la Section régionale conchylicole Poitou-Charentes. Pas suffisant toutefois pour sauver les entreprises en difficulté.

Aussi, dans le cadre des assises nationales, les Charentais réclament une cellule de soutien psychologique. « Certains d’entre nous sont à bout et s’isolent », se préoccupe Gérald Viaud. Les professionnels souhaitent également « plus de souplesse réglementaire pour faciliter la diversification de leurs productions. » Ils plaident la pérennisation des crédits de recherche sur plusieurs années.

Préoccupation immédiate : « reconstituer les stocks. En accordant la gratuité sur les naissains, mais aussi en autorisant l’importation d’huîtres de taille intermédiaire (Brésil ou Japon) » pour accélérer le réapprovisionnement des parcs en produits rapidement commercialisables. Très implantés en Bretagne et Normandie, les Charentais veulent la levée des interdictions de transferts entre les différents bassins.

Aujourd’hui, les sections régionales de Bretagne et de Normandie vont se réunir à Rennes et Blainville-sur-Mer. Comme leurs collègues de Charentais, Normands et Bretons ne manqueront pas d’alerter sur la qualité de l’eau. « Avant d’être homologués, les produits phytosanitaires agricoles doivent être testés sur le milieu marin. Nous devons peser davantage sur les politiques pour faire face au lobby agricole », affirment les ostréiculteurs, qui s’engagent désormais à jouer collectif.

Jean-Pierre BUISSON.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP