Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Le surprenant système immunitaire de la morue

Le surprenant système immunitaire de la morue

Dernière mise à jour le lundi 22 août 2011

Article paru sur le site "Sciences et Avenir" - Mercredi 17 Août 2011
Visualiser l’article original



Le surprenant système immunitaire de la morue

Une étude norvégienne révèle que le système immunitaire de la morue est très différent de celui des autres poissons et des mammifères. Une découverte qui a été faite après le séquençage de son génome.

Les animaux possèdent un système immunitaire qui présente des bases communes retrouvées aussi bien chez les hommes, les autres mammifères que les poissons. Les chercheurs pensent que ces bases découlent d’une origine unique et commune. Pourtant le séquençage du génome de la morue, dont le détail est publié dans la revue Nature, par une équipe norvégienne, remet en cause ce postulat.

Contrairement aux autres animaux, la morue semble privée d’une partie du système immunitaire, celle dévolue à la lutte contre les infections parasitaires et bactériennes. « Ce fut une découverte très surprenante », explique le professeur S. Jakobsen Kjetill, qui a dirigé le projet de séquençage. « La sagesse conventionnelle voudrait que cette espèce soit éteinte. Pourtant, elle est bien vivante et même assez répandue dans les mers du Nord ».

Un des gènes que ne possède pas la morue est CMH II, chargé de détecter les micro-organismes hostiles et d’initier la réponse immunitaire. La morue a cependant développé une manière totalement différente de combattre les bactéries et les autres infections. Pour compenser le manque de CMH II, elle possède en plus grand nombre un autre gène CMH I, dont le rôle semble différent par rapport aux autres espèces. « Le système immunitaire unique de la morue nous offre une nouvelle perspective sur le système immunitaire humain. Cette découverte pourrait également fournir un nouvel éclairage sur la manière de lutter contre les troubles auto-immuns telles que le psoriasis, l’asthme ou les allergies » poursuit le chercheur.

Avec l’ensemble du génome de la morue séquencé, les scientifiques sont capables d’identifier les variations génétiques entre les morues. Cela permettra d’améliorer leur compréhension non seulement du système immunitaire mais aussi des traits tels que le taux de croissance, la maturation sexuelle, la tolérance des variations de température, et l’absorption d’oxygène. Ce type d’information sera profitable à l’aquaculture et à l’industrie de la pêche.

J.I.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP