Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Le "Pourquoi pas ?" a rapporté des informations sur le système sous-marin du (...)

Le "Pourquoi pas ?" a rapporté des informations sur le système sous-marin du fleuve Congo

Dernière mise à jour le mercredi 23 mars 2011

Article paru sur le site "Rfi" - Mardi 22 Mars 2011
Visualiser l’article original



Le "Pourquoi pas ?" a rapporté des informations sur le système sous-marin du fleuve Congo

La campagne océanographique West Africa Cold Seeps (WACS), qui s’est déroulée en février dernier à bord du navire océanographique Pourquoi pas ?, dans le golfe de Guinée, est de retour. Cette campagne de l’Ifremer avait notamment pour objectif d’étudier le fonctionnement et la diversité des écosystèmes associés aux sources de fluides froids de quelques structures actives de la marge continentale Congo-angolaise.

L’équipe scientifique pluridisciplinaire et internationale de l’Ifremer s’est intéressée à une zone particulière de la marge continentale Congo-angolaise : le système sous-marin du fleuve Congo. Divisée en deux parties, la campagne WACS a permis d’étudier les écosystèmes vivant sur des fonds aux caractéristiques différentes : d’une part les sources de fluides froids et d’autre part, les lobes terminaux du fleuve.

Dix ans après les projets ZaïAngo et Biozaïre, les évolutions technologiques du robot télé-opéré Victor 6000 et des instruments déployés sur le fond ont apporté de nouvelles données qui affineront la compréhension du fonctionnement de ces écosystèmes.

Nouveaux éléments pour comprendre le fonctionnement de ces écosystèmes

La première partie de la mission était consacrée à l’étude du fonctionnement et de la diversité des écosystèmes associés aux sources de fluides froids. Ces écosystèmes sont basés sur la chimiosynthèse. Au fond des mers, en l’absence d’énergie solaire, la synthèse de substances organiques est réalisée par des bactéries utilisant l’énergie de diverses réactions exothermiques.

Les zones d’émissions de fluides présentes au niveau de structures géologiques actives appelées pockmarks1 ont particulièrement été étudiées. Les plongées du robot Victor 6000 ont permis le prélèvement ciblé d’échantillons sur plusieurs de ces structures. Une cartographie haute résolution a pu être établie et les gradients chimiques mesurés ainsi que les flux à l’interface eau-sédiment de manière très précise.

L’analyse combinée des paramètres biologiques, chimiques et géologiques apportera de nouveaux éléments pour comprendre le fonctionnement de ces écosystèmes et leur variabilité à l’échelle régionale. À l’échelle globale, une comparaison sera réalisée avec les écosystèmes similaires du golfe du Mexique pour mieux comprendre la biogéographie des espèces des écosystèmes chimiosynthétiques profonds. Enfin, les nouvelles données acquises serviront à évaluer la dynamique temporelle des écosystèmes de sources froides sur dix ans.

Des espèces trop petites pour être détectées il y a dix ans ont pu être observées in situ

La deuxième partie de la campagne WACS était dédiée à l’exploration des écosystèmes du système sous-marin du fleuve Congo, à 5000 mètres de profondeur. Cette zone a la particularité de recevoir des apports importants de matériel d’origine continentale riche en matière organique, créant un environnement exceptionnel et hétérogène.

Grâce à la nouvelle caméra haute définition du Victor 6000, des espèces trop petites pour être détectées il y a dix ans ont pu être observées in situ. Les paramètres géochimiques mesurés d’une part à l’interface eau-sédiment, et d’autre part dans des carottes de sédiments de 20 mètres, aideront à comprendre l’origine de la production d’hydrogène sulfuré nécessaire au développement de ces communautés.

Ces premières observations et analyses alimenteront le projet Congolobe, qui combine géologie, géochimie et biologie sur cet écosystème particulier à l’interface entre la marge et la plaine abyssale.

Pour en savoir plus :

Site de l’Ifremer



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP