Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > La langoustine aime bien le pêcheur responsable !

La langoustine aime bien le pêcheur responsable !

Dernière mise à jour le mercredi 23 mars 2011

Article paru sur le site "Ouest-France" - Samedi 19 Mars 2011
Visualiser l’article original



La langoustine aime bien le pêcheur responsable !

Salon Terre ! du 18 au 21 mars. Le joli crustacé illustre bien les efforts menés par les chalutiers lorientais depuis plusieurs années. Il est aujourd’hui abondant.

Trier sur le fond plutôt que sur le pont. C’est l’exercice quotidien des pêcheurs de langoustine du golfe de Gascogne. Du Guilvinec à La Cotinière en passant par Lorient, evel just ! - ils sont 232 à détenir une licence de pêche pour traquer le joli crustacé par 80 m à 100 m de profondeur. Et régaler les palais dès le printemps-été quand la « demoiselle » se laisse aimablement courtisée.

Économie, écologie

La langoustine n’est pas une espèce surexploitée. Quotas, taille minimale, limitation du nombre de bateaux ne sont pas étrangers à la situation. La langoustine non plus. Sensible aux courants, aux vents, aux marées... un rien la contrarie. Vite, le crustacé se réfugie dans son terrier creusé dans le sable mêlé de vase. Impossible de le pêcher ! « La langoustine se régule d’elle-même », disent les professionnels.

Le bon état du stock est une situation idéale pour aller plus loin dans la protection de la ressource. Les professionnels l’ont bien compris. Une langoustine toujours disponible consolidera le chiffre d’affaires de leurs bateaux. Une question de bon sens écologique et économique. Du gagnant-gagnant, dirait-on.

Pêcheurs et scientifiques de l’Ifremer-Lorient ont travaillé ensemble pour mettre au point des engins de pêche sélectifs. Les chaluts sont désormais gréés de mailles plus larges. Sur le ventre du filet, pour laisser passer les petites langoustines. Sur le dos, pour laisser s’échapper les petits merlus. Une pêche responsable saluée en 2008 par une ONG américaine, Alliance. C’est dire !

Faire mieux encore

Mais les chaluts remontent encore des langoustines inférieures à 9 cm (du rostre à la queue), la taille minimale que se sont imposée les pêcheurs. Rejetés à l’eau, les animaux ont une chance sur deux de survivre. Les pêcheurs ont décidé d’agir. Des bateaux lorientais vont tester une goulotte qui sera reliée à la table de tri à l’arrière du chalutier. Le dispositif permettra d’évacuer rapidement la petite langoustine par-dessus bord et, ainsi, augmenter ses chances de survie. Tout bon pour la ressource, tout bon pour le pêcheur et tout bon pour le consommateur. Assuré de garnir son assiette l’année prochaine. Ah, la langoustine-pain-beurre-mayo, extra !

Charles JOSSE



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP