Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > La biodiversité pour protéger le littoral

La biodiversité pour protéger le littoral

Dernière mise à jour le mardi 30 novembre 2010

Article paru sur le site "Sud-Ouest" - Vendredi 26 Novembre 2010
Visualiser l’article original



La biodiversité pour protéger le littoral

« Connaître la biodiversité nous permet de protéger le littoral, dans l’intérêt de l’homme », résume le directeur du Conservatoire du littoral, Yves Colcombet. Ce dernier était présent, hier à Arcachon, aux ateliers annuels du Conservatoire du littoral sur le thème « Biodiversité : que se trame-t-il sur le littoral ? »

« Arcachon a été choisi car le lieu s’y prêtait. Arcachon est un exemple. C’est un lieu fermé, où la fréquentation, sur la mer comme sur la terre, est très importante », ajoute le directeur, évoquant volontiers le parc naturel marin en projet sur le bassin d’Arcachon, à l’horizon 2012.

Parc naturel marin

Le Conservatoire du littoral participe, comme d’autres institutionnels, à l’étude lancée au début de l’année par l’Agence des aires marines protégées. « Nous avons besoin du parc marin pour poursuivre notre action sur l’île aux Oiseaux et les prés salés d’Arès », convient Guillemette Rolland, déléguée régionale du Conservatoire.

Anne Littaye, la chef de mission du parc naturel marin du bassin d’Arcachon, installée en février dernier, a d’ailleurs assisté à ces ateliers du Conservatoire du littoral. Elle a même donné une conférence sur « la biodiversité du bassin d’Arcachon ».

Acheter la dune du Pilat

« Connaître la biodiversité nous permet de hiérarchiser les acquisitions », précise le directeur adjoint Bernard Gérard. Le Conservatoire, dont la mission première est d’acquérir du foncier, possède déjà 13 % du littoral du bassin d’Arcachon (12 % en France).

Son gros chantier à venir sur le bassin d’Arcachon concerne la dune du Pilat. Aujourd’hui, 60 % du foncier appartient au privé. Le souhait du Conservatoire est de devenir propriétaire de la dune, « pour la maintenir et la protéger, dans l’intérêt du public » (1 million de visiteurs par an), et de laisser l’aire d’accueil au syndicat de dune, cogéré par la ville de La-Teste-de-Buch, le Conseil général de la Gironde et le Conseil régional. Un projet à dix ans.

Bernadette Dubourg



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP