Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > L’homme : un danger pour la planète ?

L’homme : un danger pour la planète ?

Dernière mise à jour le mardi 22 février 2011

Article paru sur le site "L’internaute" - Mercredi 16 Février 2011
Visualiser l’article original



L’homme : un danger pour la planète ?

Plus de 6,6 milliards d’êtres humains peuplent, à l’heure actuelle, la Terre. Dans trente ans, ce sera 9 milliards. La démographie explose littéralement, surtout dans les pays en développement. Et ce n’est pas sans conséquence pour notre environnement.

La population terrienne n’a de cesse de croître. En l’espace de cinquante ans, elle a pratiquement doublé. Pourquoi ? Le taux moyen de natalité est fort, soit 5,4 par femme dans le monde, et le taux de mortalité faible, 2.2. D’où une démographie en perpétuelle augmentation. Et il faut bien loger tout ce petit monde. Le premier à pâtir de cette urbanisation effrénée n’est autre que le littoral.
port de Monaco

Un bord de mer attractif

Près de 40% de la population mondiale vivent sur le littoral, à savoir à moins de 60 kilomètres des côtes. Les nations Unis prévoient même qu’en 2010, 80% des hommes habiteront sur une bande côtière de 100 kilomètres. Cette répartition démographique s’explique par la présence des villes aux bords des côtes, du climat plus agréable et avantageux et le commerce maritime important.

Pour répondre à cette augmentation massive de population, les habitations poussent comme des champignons. Il n’y a pas besoin d’aller très loin pour se rendre compte d’une telle frénésie d’urbanisme. Les côtes françaises en sont la preuve. Arcachon, Biarritz et que dire de la Côte d’Azur. Autre Etat à ne pas avoir hésité à bâtir toujours plus : la principauté de Monaco. L’agence européenne pour l’environnement a publié en 2006 une étude stipulant que la population riveraine de la Méditerranée comptait 450 millions d’habitants contre 246 millions en 1960. Pire, elle prévoit près de 700 millions d’hommes à la fin du XXIe siècle.

Evolution démographique riveraine de la Méditerranée (tableau consultable sur l’article original)

En France, une étude de recensement indique que la densité au bord du littoral est 2,5 fois plus élevée que sur l’ensemble du territoire, soit 272 habitant au km² (contre 108 en moyenne sur l’ensemble du pays). Les autres pays européens ne sont pas en reste. En cinq ans, le Portugal voit un littoral gagné par les villes (+34%), de même en Irlande (+27%) et en l’Espagne (+18%).

Un écosystème en danger

Cette pression démographique n’est pas sans conséquence grave pour le littoral. L’activité humaine ainsi que l’activité économique, effets directs de l’augmentation de la population, menacent l’équilibre de cet écosystème.
L’édification de maisons ou d’immeubles au bord de falaise fragilise cet espace naturel dynamique. L’érosion continue et s’amplifie. Il n’est pas rare de constater des maisons fissurées, voire totalement effondrées. Les côtes bretonnes et normandes comptent quelques édifices écroulés.

Le pire que les hommes infligent au littoral est sans conteste, la pollution. Les déchets domestiques sont décuplés de par l’augmentation de la démographie côtière. Contrairement à ce que les gens peuvent penser, la majeure partie de ce que nous produisons part directement en mer. Les stations d’épuration ne peuvent suivre notre production de déchets. Cette pollution est renforcée, également, par les industries présentes en nombre sur les côtes. Pourquoi ? Elles sont directement tournées vers le monde et l’exportation des marchandises.

Des métaux lourds tels que le mercure sont directement largués en mer. Les pays en développement sont peu regardant à ce sujet. Le premier à payer le prix fort, l’écosystème marin du littoral. Algues, poissons, crustacés,… Toute la chaîne alimentaire s’en trouve perturbée. De nombreuses espèces sont menacées d’extinction. Un constat grave, car 80% de la biodiversité marine vit dans cette bande côtière

suite ... cliquez sur l’article original



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP