Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > L’Abeille Bourbon à la manoeuvre en grande rade

L’Abeille Bourbon à la manoeuvre en grande rade

Dernière mise à jour le jeudi 31 mars 2011

Article paru sur le site "Ouest-France" - Vendredi 25 Mars 2011
Visualiser l’article original



L’Abeille Bourbon à la manoeuvre en grande rade

La Thalassa, d’Ifremer, s’est prêtée au jeu. Une journée instructive qui a permis de tester les procédures et d’entraîner les équipages.
Les conditions étaient idéales, soleil et mer d’huile dans le goulet de Brest. L’exercice de remorquage qui s’est déroulé mercredi entre le navire scientifique Thalassa, d’Ifremer, et le remorqueur Abeille Bourbon a permis aux différents partenaires de s’entraîner et de parfaire leurs connaissances dans le domaine du remorquage.

En fin de matinée, tandis que l’Abeille Bourbon appareille du quai Malbert, Armel Le Strat, directeur d’armement de Génavir, gestionnaire des navires d’Ifremer, donne quelques précisions sur l’exercice. « L’objectif est de pouvoir tester en grandeur nature et mettre au point les procédures de remorquage sur chaque grand navire de l’armement. Cela permet aussi de répondre aux nouvelles normes internationales en la matière. Les personnels se forment à des techniques que l’on n’a jamais mises en oeuvre, afin d’être prêts à toute éventualité. »

Transmission du savoir

Pour Thierry Choquet, commandant de l’Abeille Bourbon, les exercices sont toujours bénéfiques malgré l’expérience acquise. « Il est toujours intéressant d’essayer différentes techniques. Cela permet aussi de laisser la manoeuvre à des officiers appelés à commander. »

C’est une transmission du savoir. Julien Hamon, le jeune lieutenant, ira à bord de la Thalassa avec Sébastien Foueret, le second de l’Abeille, pour apprendre la technique du va-et-vient pour passer une remorque.

« Notre métier est basé sur l’observation des conditions météo, avarie et tenue du remorqué, explique Thierry Choquet. Chaque cas est différent, il faut trouver un équilibre, minimiser les risques, ne pas exposer l’équipage trop longtemps. »

Tir au lance-amarre

La manoeuvre est bien réglée. 14 h 20. Venu de Lanvéoc-Poulmic, un hélicoptère EC 225 de la Marine dépose à bord de l’Abeille deux équipes d’intervention de la Marine. Il effectuera aussi l’hélitreuillage d’une équipe d’évaluation à bord de la Thalassa ainsi qu’un transport de matériel.

À 14 h 20, une embarcation de type « mob boat » (canot de récupération d’homme à la mer) de l’Abeille transfère à bord de la Thalassa le second et un lieutenant.

À 14 h 50, Thierry Choquet passe la manoeuvre à Jean-Luc Le Goff, chef mécanicien, appelé à commander prochainement l’Abeille Languedoc. À 15 h, un tir au lance-amarre permet la mise en place du va-et-vient, la Thalassa étant en avarie complète de propulsion et énergie.

Un exercice par trimestre

Du pupitre de commande arrière, Jean-Luc Le Goff manoeuvre habilement pour tenir l’Abeille en position à quelques mètres de la Thalassa. Sur le remorqueur, l’équipe du bosco Bernard Perrot assure le passage des câbles d’acier du va-et-vient. À 15 h 12, la remorque est passée et l’Abeille Bourbon commence à tirer son client.

Pour le capitaine de vaisseau Hilaire Ducellier, commandant du Centre opérationnel de la Marine, les exercices sont très importants. « Cela permet d’entraîner les moyens de l’action de l’État en mer, dont ceux de la Marine nationale. Notre objectif est de faire un exercice par trimestre, à Brest mais également à Saint-Malo, Saint-Nazaire, La Rochelle et Bayonne. »



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP