Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Interdiction à la consommation d’une partie des huîtres du bassin (...)

Interdiction à la consommation d’une partie des huîtres du bassin d’Arcachon

Dernière mise à jour le mercredi 27 avril 2011

Article paru sur le site "Le Parisien" - Jeudi 21 Avril 2011
Visualiser l’article original



Interdiction à la consommation d’une partie des huîtres du bassin d’Arcachon

La consommation des huîtres du banc d’Arguin, sur le bassin d’Arcachon, a été interdite temporairement à la consommation en raison de la présence de toxines au-delà du seuil de sécurité sanitaire défini, a indiqué jeudi la préfecture de Gironde dans un communiqué.

En revanche, les huîtres originaires des autres zones de production du bassin d’Arcachon, dit grand banc, ne sont pas touchées par cette interdiction.

"Les résultats des analyses effectuées par le réseau de surveillance de l’Ifremer ont conduit le préfet de la Gironde à interdire à compter de jeudi la pêche, le ramassage, le transport, le stockage, la purification, l’expédition, la distribution et la commercialisation en vue de la consommation humaine des huîtres en provenance du banc d’Arguin", indique le communiqué.

"Cette décision fait suite à la détection de toxines lipophiles au-delà du seuil de sécurité sanitaire défini", a-t-on précisé.

Le banc d’Arguin est situé à l’entrée du bassin d’Arcachon, entre la dune du Pilat et la pointe du Cap-Ferret, sur la commune de La Teste de Buch.

La préfecture ajoute également que "la situation reste inchangée concernant les moules et les coques de l’ensemble du bassin d’Arcachon déjà interdites à la consommation", depuis le 7 avril en raison de la présence de ces mêmes toxines.
Cette interdiction reste valable tant que deux résultats consécutifs d’analyse de l’Ifremer attestant du retour à la normale de leur qualité sanitaire n’auront pas été constatés.

La préfecture rappelle par ailleurs que "la consommation de coquillages non conformes peut entraîner des désagréments gastriques dans la majeure partie des cas, mais également des troubles plus importants chez les personnes fragilisées, la cuisson ne détruisant pas la toxine".



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP