Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Ifremer : deux jours pour découvrir la mer

Ifremer : deux jours pour découvrir la mer

Dernière mise à jour le lundi 30 mai 2011

Article paru sur le site "Var Matin" - Samedi 21 Mai 2011
Visualiser l’article original



Ifremer : deux jours pour découvrir la mer

Tout le week-end, le célèbre institut ouvre toutes grandes ses portes au public. Une immersion fictive mais passionnante dans le monde du silence.

La première édition en 2007 avait connu un vif succès. Plus de 4 000 personnes avaient visité le site seynois de l’Institut français de recherche pour l’exploration de la mer (Ifremer). « Les gens se montraient plutôt passionnés. Certains nous disaient même : on reviendra l’année prochaine », se souvient, amusé, Gérard Riou, le directeur du centre. Trop lourd à organiser chaque année, il aura donc fallu attendre quatre ans pour que l’Ifremer ouvre à nouveau ses portes au grand public. Durant tout le week-end (1), les ingénieurs et techniciens du site seynois vous feront découvrir les richesses insoupçonnées du milieu marin.

La légende Nautile

Une plongée passionnante et accessible dans les abysses de la Grande Bleue.

« En tant qu’établissement public, il est normal que l’on fasse connaître ce que l’on fait, que l’on explique les enjeux de la connaissance et de la protection de la mer », justifie Gérard Riou, avant de préciser : « Il ne faut pas voir la protection comme une mise sous cloche. Depuis sa création en 1984, Ifremer travaille pour une exploitation durable de la mer. »

Des activités d’Ifremer, le grand public connaît surtout le sous-marin Nautile capable de plonger jusqu’à 6 000 mètres. On a tous en mémoire les images du Titanic gisant par près de 4 000 mètres de fond tournées à la fin des années 1980 par le « yellow submarine » varois. Ou encore celles du pétrolier Prestige dégueulant son poison dans le golfe de Gascogne. C’était en 2002 et le Nautile avait plongé sur l’épave pour colmater des brèches. Vitrine la plus visible d’Ifremer, le Nautile et d’une façon générale les engins sous-marins ne représentent que la partie émergée de l’iceberg Ifremer.

L’institut fait également office de référence en matière d’études sur les ressources halieutiques. Plus particulièrement sur l’évaluation des stocks de poissons, espèce par espèce, pour laquelle « on a désormais une approche écosystémique », déclare Gérard Riou.

De nouvelles espèces

L’Ifremer contribue par ailleurs à l’enrichissement des connaissances sur la biodiversité marine. Plusieurs de ses chercheurs sont ainsi à l’origine de la découverte de nouvelles espèces. « On a longtemps cru que l’essentiel de la vie se concentrait dans les zones côtières. En réalité, elle est partout, jusque dans les abysses », affirme le directeur. À ce sujet, une exposition photographique sur « La vie dans les grands fonds » sera l’une des attractions de ces journées portes ouvertes. Parmi les clichés, on remarquera le très aérien « ver de Pompéi » ou encore le Kiwa Hirsuta ou Galathée Yeti, deux espèces découvertes par des scientifiques de l’Ifremer.

Se voulant résolument familiales, ces journées feront en sorte de rendre les connaissances sur les milieux marins les plus accessibles possibles, de les vulgariser au maximum. Pour y arriver, les ingénieurs et techniciens d’Ifremer, avec qui vous pourrez discuter tout le week-end, animeront également avec l’aide de l’association « Les petits débrouillards » tout un tas d’ateliers ludiques. Comme le résume Gérard Riou, « l’idée est de faire connaître la mer, de la faire aimer pour mieux la protéger. » Un programme pour le moins ambitieux.

1. Journées portes ouvertes aujourd’hui et demain de 9 h à 18 h (dernière entrée à 17 h 30). Entrée gratuite. Possibilité de garer son véhicule sur le parking des CNIM voisins.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP