Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Hydroliennes : le choix de DCNS déçoit Sabella

Hydroliennes : le choix de DCNS déçoit Sabella

Dernière mise à jour le mardi 1er février 2011

Article paru sur le site "Ouest-France" - Vendredi 28 Janvier 2011
Visualiser l’article original



Hydroliennes : le choix de DCNS déçoit Sabella

DCNS investit dans la technologie de l’irlandais OpenHydro. A Quimper, c’est la déception chez Sabella.

Hier, l’industriel DCNS a fait connaître son intention d’entrer au capital du fabricant irlandais d’hydroliennes OpenHydro. DCNS va débourser 14 millions d’euros pour acquérir 8 % des parts de la société. Les turbines d’OpenHydro utilisent les courants marins pour produire de l’électricité. Elles ont la particularité d’être ouvertes en leur centre.

La nouvelle intéresse Brest où DCNS a choisi d’implanter son « incubateur » dédié aux énergies marines renouvelables. Elle concerne aussi Quimper, où se situe le siège de Sabella, l’un des pionniers français de l’hydrolien. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Jean-François Daviau, le président de Sabella, l’a un peu mauvaise.

Et le patriotisme industriel ?

« Je suis clairement déçu, reconnaît-il. Alors que les technologies françaises essaient de décoller, les grandes entreprises font leur marché à l’étranger ! On peut difficilement parler de patriotisme industriel... »

Du côté de Sabella, la déception est d’autant plus vive que DCNS a été prestataire de services pour l’expérimentation d’un prototype d’hydrolienne à Bénodet en 2008. De quoi envisager d’autres collaborations.

Aujourd’hui, il apparaît difficile de continuer à travailler avec un industriel qui s’allie à la concurrence. « Lors de nos prochains appels d’offres, nous réfléchirons au positionnement de DCNS », admet Jean-François Daviau.

Hier, les téléphones ont beaucoup sonné chez les partenaires du consortium Sabella. « Nous nous interrogeons beaucoup sur le maintien de Sabella au sein de France Energies Marines », affirme Jean-François Daviau.

Porté par Ifremer, le projet France Energies Marines vise à créer à Brest un Institut d’excellence en matière d’énergies décarbonées. Il serait soutenu financièrement par l’Etat dans le cadre du Grand Emprunt.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP