Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Grandes marées. Petits conseils à l’usage du pêcheur à pied

Grandes marées. Petits conseils à l’usage du pêcheur à pied

Dernière mise à jour le lundi 1er août 2011

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Lundi 1er Août 2011
Visualiser l’article original



Grandes marées. Petits conseils à l’usage du pêcheur à pied

102 de coefficient demain, 112 à la fin du mois... Les fameuses grandes marées sont de retour ! Les amateurs de pêche à pied devraient donc envahir le littoral. Mais attention, gare aux excès. Petit rappel des bonnes pratiques.

A comme Attention aux horaires des marées. La sécurité d’abord. A chaque grande marée, des pêcheurs à pied se font piéger. L’heure de la basse mer est le meilleur repère. Il est sage de regagner progressivement le rivage dès que la mer remonte.

B comme Bigorneau. Le plus commun de nos gastéropodes marins. Facile à pêcher ce qui permet de ne pas rentrer bredouille.

C comme Coquillages et crustacés... Il y a les mollusques qui vivent dans le sable (coques, palourdes, praires, couteaux) et ceux qui vivent sur les rochers (berniques, moules...). Ceux qui vivent dans le sable sont des filtreurs. En principe, on peut les repérer grâce à deux petits trous correspondant aux deux siphons qui leur permettent de se nourrir et de respirer. Il ne faut pas confondre avec le trou accompagné d’un tortillon qui révèle la présence du ver arénicole. Excepté l’ormeau, l’huître et la coquille saint-jacques interdits en cette saison, on peut pratiquement tout pêcher : araignée, tourteau, homard, étrilles. Mais il ne faut pas rêver, il faut connaître les bons coins. Un petit conseil : si les femelles ont des oeufs c’est mieux de les laisser tranquilles.

C comme caillou. Replacer au même endroit le caillou qu’il a soulevé c’est le B.A.-BA du pêcheur à pied. Il en va de la vie des organismes qui vivent dessus et en dessous. Si on chamboule tout, il faut attendre trois ans pour que la vie reprenne ses droits.

D comme déchet. Sacs plastiques, mégots, bouteilles. L’estran n’étant pas une poubelle, c’est bien de ne rien laisser derrière soi. Le milieu peut en faire les frais. Les tortues, par exemple, ont tendance à confondre le plastique avec les méduses qui sont leur nourriture préférée.

M comme Matériel de pêche. Eviter de labourer le sable ou la vase avec des ustensiles disproportionnés du genre pelle, râteau, pioche, ravageur ou tamis. Pour la palourde, par exemple, une fourchette ou une cuiller font l’affaire.

O comme Observation. La grande marée c’est aussi un moment privilégié pour découvrir la richesse du patrimoine naturel marin:laminaires, petits poissons (chabots, blennies, gobies), éponges, anémones de mer, botrylles... P comme Pieds nus. C’est à proscrire pour éviter blessures et piqûres en tout genre.

Q comme Quantité raisonnable. Récolter que ce que l’on va manger. Cela évite de gaspiller.

S comme Santé. Conserver sa pêche dans un endroit frais et la consommer rapidement. Et, bien sûr, s’assurer de la salubrité du lieu de pêche.

T comme Taille. Respecter les tailles limite c’est permettre aux coquillages et crustacés d’atteindre leur taille adulte pour qu’ils puissent se reproduire. Ainsi, les générations futures de pêcheurs à pied profiteront eux aussi des joies de la grande marée.


Les prochaines grandes marées

Aout 2011
Mardi 2 : 102/102
Mercredi 3 : 101/98
Mardi 30 : 108/111
Mercredi 31 : 112/111

Septembre 2011
Jeudi 1er : 109/105
Vendredi 2 : 99/93
Mardi 27 : 104/109
Mercredi 28 : 113/114
Jeudi 29 : 115/113
Vendredi 30 : 110/105

Octobre 2011
Samedi 1er : 98/91
Jeudi 27 : 109/111
Vendredi 28 : 111/109
Samedi 29 : 105/101



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP