Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Enseignement supérieur. Le Grand Emprunt unit l’Ouest

Enseignement supérieur. Le Grand Emprunt unit l’Ouest

Dernière mise à jour le mercredi 12 janvier 2011

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Mardi 11 Janvier 2011
Visualiser l’article original



Enseignement supérieur. Le Grand Emprunt unit l’Ouest

22 des 35milliards d’euros du Grand Emprunt sont destinés à permettre à l’enseignement supérieur et à la recherche de retrouver du lustre à l’international. Les établissements bretons et ligériens font cause commune.

Pour exister au plan national, et plus encore au plan international, les campus français, faute souvent de « masse critique » suffisante, doivent s’unir. C’est vrai aussi à l’Ouest où, après des mois d’intense préparation, les établissements d’enseignement supérieur et de recherche (universités, écoles, station biologique de Roscoff...), des organismes et des CHU de Bretagne et des Pays-de-la-Loire ont déposé, vendredi dernier, un dossier unique de candidature au Grand Emprunt de l’État. En tout, 51 établissements sont réunis derrière le projet inter-régional « IC Ouest » qui vise à faire partie des dix premiers campus d’excellence français, susceptibles, à terme, d’apparaître dans les classements internationaux, dont celui, fameux, de Shangaï. Les cinq à dix « initiatives d’excellence » de ce type qui seront finalement retenues au titre du Grand Emprunt pourront se partager une dotation globale de 7,7milliards d’euros. Il s’agit en fait d’un capital de 7,7milliards d’euros dont les projets adoubés pourront jouir des intérêts. Ainsi, la dotation en capital demandée par le projet « ICOuest » s’élève à un milliard d’euros qui devraient produire 30 ou 35millions d’euros par an.

Cinq domaines-clés

Le projet britto-ligérien est structuré autour de cinq domaines-clés : les sciences de la mer, les sciences de l’information et de la communication (Stic), les sciences médicales, les matériaux et l’agroalimentaire. « À nous tous, explique le président de l’UBO, Pascal Olivard, nous sommes nº1 en France en matière de sciences de la mer, nº2 pour les Stic et dans les cinq premiers en agroalimentaire et en sciences médicales. Ce potentiel scientifique élevé devrait nous permettre de figurer à terme dans le Top 10 européen ou mondial. Le projet a enthousiasmé largement. Je pense que chacun est bien conscient des enjeux ».

Décision à l’automne

À en croire Pascal Olivard, les tentations ont cependant été grandes d’en faire une initiative Rennes-Nantes, au risque de faire passer l’UBO pour une université secondaire : « J’ai dû me battre mais c’était oublier un peu vite qu’avec son université, ses 24.000 étudiants, ses huit écoles, ses labos ou la présence d’Ifremer, Brest représente à la fois un campus à part entière et un potentiel de premier plan au service du projet ?IC Campus ? ». L’heure est donc à l’union. Pour l’heure, 17 dossiers de candidature ont été déposés au titre de ces « initiatives d’excellence ». Ils seront évalués d’ici deux mois par un jury international, avant une décision définitive attendue pour la rentrée.

Patrice Le Berre



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP