Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Énergies marines. L’ambitieux projet Merific

Énergies marines. L’ambitieux projet Merific

Dernière mise à jour le mardi 27 septembre 2011

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Jeudi 22 Septembre 2011
Visualiser l’article original



Énergies marines. L’ambitieux projet Merific

Une délégation du conseil général s’est rendue, la semaine dernière, en Cornouailles anglaise. Avec leurs partenaires d’outre-Manche, les Finistériens ont signé un nouveau programme d’actions européen sur les énergies marines.

La Cornouaille britannique et le Finistère ont des territoires semblables, péninsulaires et insulaires. Ils sont dotés d’importantes ressources marines:les vagues, les marées et le vent. Depuis 1989, un partenariat unit les deux régions. Elles viennent de s’engager dans un nouveau projet de coopération qui vise à développer les énergies renouvelables sur leur territoire (hydrolien et houlomoteur).

Un budget de 4MEUR

Les différents partenaires de ce projet, baptisé Merific (*), se sont donc retrouvés les 13 et 14septembre, au musée maritime national de Falmouth, en Cornouailles anglaise, pour échanger sur la mise en place du programme et installer les groupes de travail. Le projet, d’une durée de trois ans, a été approuvé en février2011 par le programme France Manche Angleterre. Le budget de 4MEUR est financé pour moitié par la Commission européenne. Le président du Cornwall council(l’assemblée cornouaillaise), Alec Robertson, s’est dit convaincu que les deux territoires ont « la possibilité d’être leaders dans les énergies renouvelables, même si ce n’est pas encore viable sur le plan économique ». Absent, son homologue français, Pierre Maille, était représenté par le vice-président Michael Quernez. Il a assuré que « cette politique transfrontalière européenne est porteuse de projets et de transformations. Nous allons adopter des méthodes de travail communes et réaliser des projets communs. On le sait, pour atteindre l’objectif de 20% d’énergies renouvelables d’ici 2020, il est nécessaire de trouver de nouveaux gisements de production d’énergie ». Certes, l’exploitation des énergies marines est un secteur d’activité encore relativement nouveau, tant au niveau technologique que scientifique. Aucun projet commercial n’a encore vu le jour. D’où l’importance de partager les expériences et le savoir-faire technique entre deux régions confrontées aux problématiques et aux enjeux identiques.

Un secteur économique à développer

Mais Merific aura aussi à relever d’autres défis comme le développement économique, les aspects sociétal et environnemental. À terme, l’ambition affichée est de transmettre les résultats du projet à d’autres régions d’Europe et d’occuper ce marché des énergies renouvelables. Cela passe aussi par l’implication du secteur privé dans le projet Merific. Plusieurs entreprises et industries bretonnes (de grands groupes comme Thales, DCNS... et des PME) se sont déjà mises sur les rangs, prêtes à relever le défi.

* Merific (Marine energy in far peripheral and island communities) signifie « énergies marines dans les territoires périphériques et insulaires ». Les partenaires sont, côté français, le parc marin d’Iroise, Ifremer, le conseil général du Finistère, Bretagne développement international, le technopôle Brest Iroise. Et côté cornouaillais, le Cornwall council, les universités d’Exeter et de Plymouth.

Cathy Tymen



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP