Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > En Europe, déjà un millier d’installations en mer

En Europe, déjà un millier d’installations en mer

Dernière mise à jour le mardi 24 août 2010

Article paru sur le site "Les Echos.fr" - Mardi 24 Août 2010
Visualiser l’article complet



En Europe, déjà un millier d’installations en mer

Les fermes éoliennes actuellement en construction vont tripler la capacité de production de ce secteur en Europe. La Grande-Bretagne, numéro un européen, porte 60 % des nouveaux chantiers.

L’éolien offshore déferle sur les mers européennes. Sur les seuls six premiers mois de l’année, 118 nouvelles turbines totalisant 333 mégawatts ont été connectées dans quatre pays européens, le Danemark, la Belgique, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Une vague, bientôt suivie d’un raz de marée de 16 fermes que ces pays sont en train de construire. Elles produiront 4.000 mégawatts, l’équivalent de trois réacteurs nucléaires EPR, et feront tripler la capacité européenne actuelle, estimée à 2.400 mégawatts. Aujourd’hui, neuf pays exploitent un millier d’éoliennes dans une grosse quarantaine de fermes.

Dans cette course aux « moulins de la mer », la Grande-Bretagne a pris la tête du peloton, jusqu’à éclipser les Danois, longtemps pionniers mondiaux. Les Britanniques disposent aujourd’hui de 900 mégawatts installés et ils portent 60 % des projets européens en construction. Le Royaume-Uni cherche logiquement à exploiter son fort potentiel maritime. Comme le Danemark, il possède de nombreux sites en eau peu profonde et balayés par des vents réguliers. Au-delà de leurs atouts littoraux, les pays du Nord ont su mettre en place un cadre législatif et économique avantageux.

Difficultés de financement

Les règlements maritimes ont été révisés pour accélérer les autorisations administratives et des tarifs de rachat de l’électricité produite intéressants mis en place. Plus subtil, le tarif y est modulé en fonction des contraintes de chaque ferme : la production des sites isolés plus chers à opérer est mieux valorisée.

L’Association européenne de l’énergie éolienne (Ewea) s’est fixé comme objectif d’installer 40.000 mégawatts d’ici à 2020. En 2030, elle table même sur 100.000 mégawatts, ce qui comblerait 10 % de la demande d’électricité des vingt-sept pays européens. Cette feuille de route est très ambitieuse mais l’Ewea l’estime réalisable à condition de répéter le rythme du développement de l’éolien terrestre. Cela implique d’attirer des investissements de l’ordre de 2,5 milliards d’euros par an.

La crise freine toutefois la progression des nombreux projets en cours de préparation. Les difficultés de financement affectent beaucoup les promoteurs privés, qui parviennent dans certains cas à boucler leurs dossiers grâce aux aides de la Banque européenne d’investissement (BEI).

M.Q.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP