Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

23 janvier : Batz-sur-Mer : la jeune baleine n’a pas survécu à ses blessures22 janvier : Pêche à pied. À Dinard, c’est le homard !21 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 19 janvier : Bezhin Breizh. Macroalgue sous serre : un projet pilote à 20 M€ 18 janvier : Pêche. Tellineur, un métier menacé17 janvier : Sarzeau. La spiruline marine dope ses projets 15 janvier : Brexit. Brittany Ferries signe un contrat à 50 M€ avec le Royaume-Uni 14 janvier : Innovation. À bord du premier ferry autonome du monde 12 janvier : Innovation. Une lampe frontale pour surfer de nuit11 janvier : Lorient. Dix tonnes de merlu saisies au port de Lorient-Kéroman 10 janvier : Une méduse serait immortelle !9 janvier : Manche : les gendarmes contrôlent les pêcheurs à pied, trois infractions relevées8 janvier : Port-en-Bessin. Une vedette SNSM plus grande en attendant une neuve d’ici 20247 janvier : Pêche plaisance. Les quatre départements bretons réunis 5 janvier : Groix. Un rorqual de 16,50 m échoué sur les rochers4 janvier : Plouézec. Les trois apnéistes avaient pêché illicitement 398 coquilles Saint-Jacques 3 janvier : Baleine. Le Japon va reprendre ouvertement la pêche commerciale 2 janvier : Madagascar : à la découverte du premier caviar africainDécembre 2018 : Pêche. Tellineur, un métier menacéDécembre 2018 : Coquilles. À bord de l’Eter VagDécembre 2018 : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 1900Décembre 2018 : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ansDécembre 2018 : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique
Accueil > Actualités de la mer > Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale

Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale

Dernière mise à jour le mercredi 6 juin 2018

Article paru sur le site "France Culture :"
- 05 Juin 2018Article
Visualiser l’article original


Malgré des législations qui se renforcent depuis des années, des chalutiers persistent à prélever illégalement des stocks de poissons considérables, bouleversant les écosystèmes et la sécurité
alimentaire. Mais peut-on combattre la pêche illégale sans interroger le modèle de la pêche industrielle ?
En août dernier, un navire chinois transportant une cargaison illégale de près de sept mille requins, dont certaines espèces protégées, a été intercepté dans l’archipel des Galapagos, au large de l’Equateur. Un exemple parmi d’autres de l’ampleur de la pêche illégale dans le monde qui, selon Bruxelles représente entre 11 et 26 millions de tonnes de poissons chaque année, soit 15 % des volumes mondiaux.

Malgré des législations nationales et internationales qui se renforcent depuis plusieurs années, des chalutiers chinois, turcs, européens persistent à prélever illégalement des stocks de poissons considérables, en particulier dans les eaux africaines, menaçant la sécurité alimentaire du continent et bouleversant les écosystèmes marins.

Alors, comment lutter efficacement contre ce phénomène au niveau international alors que la Chine et le Japon, champions du marché de la pêche, refusent pour l’heure de ratifier les traités ? Comment renforcer la coopération régionale dans le golfe de Guinée ou encore au large de la Thaïlande ? Et peut-on combattre la pêche illégale sans interroger le modèle de la pêche industrielle, première responsable de la diminution drastique des stocks de poissons ?

Lire l’Article complet sur...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP