Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Diatribe contre les écolos

Diatribe contre les écolos

Dernière mise à jour le jeudi 26 janvier 2012

Article paru sur le site "Sud-Ouest" - Lundi 23 Janvier 2012
Visualiser l’article original



Diatribe contre les écolos

par Sabine Menet

Les navigateurs et les professionnels valident le projet de parc naturel marin.

Près de 150 personnes sont venues samedi matin, au Cercle de la voile, écouter les navigateurs de plaisance (Unan33), les sportifs nautiques (FFM) et les industriels du nautisme (UPNA) expliquer pourquoi ils soutenaient le projet de parc naturel marin (PNM) tel qu’il est actuellement soumis à l’enquête d’utilité publique. L’occasion pour les deux premières fédérations de se lancer dans une diatribe ouverte contre les écologistes.

Mireille Dénéchaud, la présidente de l’Union des associations de navigateurs de la Gironde (Unan), a rappelé avoir, au cours des études préalables à l’élaboration du PNM, toujours « dénoncé l’ultralibération mondiale qui soutenait l’ensemble ». Sa crainte ? La privatisation du parc naturel marin par des trusts financiers. « Comme ce qui existe en Amérique du Sud et en Asie », a-t-elle affirmé.

Querelle d’écolo-écologistes
Déplorant qu’il n’y ait pas plus de postes alloués au sein du conseil de gestion aux usagers de loisirs la présidente de l’Unan estime qu’il n’est « pas possible d’échapper au PNM et qu’il vaut mieux être dedans que dehors ». Et d’affirmer vouloir conserver les « libertés d’usage ». Quant au périmètre du parc, Richard Lefèvre, le vice-président de l’Unan, a été très clair : « Cela ne nous concerne pas. »

Quant à savoir si les Prés salés de La Teste doivent ou non y être inclus, il estime que cela relève d’une « querelle entre "écolo-écologistes" ». Il a toutefois déploré que « l’environnement soit prépondérant au détriment des usagers ». Clairement, un retour à 48 membres signerait pour lui la mainmise des écologistes. « Philippe Pérusat, Michel Sammarcelli et Yves Foulon sont à 300 % favorables au projet », a ponctué Mireille Dénéchaud, se plaçant tout naturellement dans le sillage.

1 700 emplois du nautisme
Alexis Bonin et Frédéric Mora, respectivement vice-président et président de l’Union des professionnels du nautisme du bassin d’Arcachon (Upnba), ont ensuite pris la parole pour faire lecture du communiqué remis la veille à la commissaire enquêtrice (lire plus bas). Lequel explique en substance que les 170 entreprises du nautisme représentent 1 700 emplois, ce qui est supérieur à la somme de ceux générés par l’ostréiculture et ceux de la pêche.

« Nous aurions un seul siège comparé aux pêcheurs et ostréiculteurs qui eux en auraient huit. » Et de pointer un autre point litigieux à leurs yeux : l’absence du delta de la Leyre dans le périmètre, un point pourtant « stratégique compte tenu des rejets de nitrates ».

La « peur des élus »
Viviane Larrose, secrétaire générale de l’Unan et présidente des pêcheurs plaisanciers du bassin d’Arcachon, a ensuite pris la parole pour expliquer en quoi l’ouverture du périmètre du PNM sur l’océan était un handicap pour les usagers des loisirs. Et de demander, pour un meilleur suivi, à ce que ce soit les fédérations qui désignent leur représentant au sein du conseil de gestion.

Guy Barbouteau, le président de l’Association des pêcheurs et plaisanciers d’Andernos-les-Bains, s’est ensuite exprimé. Après avoir égratigné les professionnels de la pêche, il s’en est pris aux écologistes. « Pourquoi ont-ils peur des élus qui les ont toujours défendus ? À 48, ils auraient la majorité et feraient ce qu’ils veulent, et, quand on les connaît, il y a du souci à se faire ! Ils représentent quoi (les écolos) ? 2 ou 3 % de la population ? Les plaisanciers en représentent 10 %. »

Attaques en règle
Christian Lacoste, vice-président de l’Association du port de Taussat Fontainevieille, a ensuite pris le micro pour rester dans cette même veine constructive. « Les écolos ont-ils pris le pouvoir dans ce pays ? Transformer le Bassin en marécage est-il pour eux un rêve inavoué ? Ces gens-là sont des experts en subventions et ont des moyens […] Le budget des aires marines protégées est de 21 millions d’euros et on prévoit de le passer à 160 millions ? C’est une gabegie financière ! Et nous, avec nos 38 millions de taxe sur la navigation de plaisance, nous sommes les premiers pourvoyeurs. »

Et de carrément estimer que « les plaisanciers se battent pour leur survie ». Sentiment partagé par le dernier intervenant, Philippe Bourée, représentant la Fédération française de motonautisme de plaisance. « Les écolos sont bien gentils mais il faut qu’ils arrêtent de rêver […] Ils n’ont pas le monopole de la nature et il n’est pas question que l’on touche à nos libertés d’usage. » Les choses ont été clairement énoncées.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP