Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Des atouts pour les énergies marines

Des atouts pour les énergies marines

Dernière mise à jour le jeudi 31 mars 2011

Article paru sur le site "Sud-Ouest" - Vendredi 25 Mars 2011
Visualiser l’article original



Des atouts pour les énergies marines

Les énergies marines et leur développement constituent un gisement économique potentiel en Poitou-Charentes. C’est le Conseil économique, social et environnemental (Ceser) qui l’affirme.

Il a ouvert la réflexion sur cette voie de diversification à la suite d’une étude menée par le Réseau transnational atlantique (RTA), qui, du Portugal à la France en passant par l’Espagne, s’est penché sur le développement des énergies marines dans l’arc atlantique. Des travaux qui sont à mettre en perspective des conclusions du Grenelle de la mer, lesquelles ont mis en exergue la nécessité de développer ces technologies afin que les énergies marines représentent 3 % des énergies renouvelables en 2020. Dans la perspective, aussi, du projet de la Région Poitou-Charentes qui, dans le cadre de son « plan régional énergies renouvelables 2020 », fixe entre 26 et 30 % la part d’énergies alternatives au fossile à cet horizon.

Lors de sa dernière session, qui s’achevait lundi dernier, le président du Ceser, Jean-Paul Moinard, posait le doigt sur l’ambition du projet : « Contribuer à l’émergence d’un mouvement pour constituer une filière la plus large possible générant des retombées économiques significatives. »

Pas d’éolien offshore
Les études transrégionales ont d’ores et déjà démontré que l’éolien offshore, la seule technologie mature aujourd’hui, ne peut cependant constituer une priorité régionale. Parce que l’exception de la Bretagne et de la Galice, le plateau continental du reste du golfe de Gascogne, trop abrupt, limite les possibilités d’ancrer des installations sur le fond. À l’inverse, il a été mis en évidence que l’énergie des vagues constitue une ressource de premier ordre pour les régions atlantiques et que l’éolien offshore flottant ouvre également des perspectives, tout comme la production d’énergie à partir des gisements d’algues.

Mais il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Des chapitres entiers de recherche et développement restent à écrire. « Il est indispensable de mettre à ladisposition des développeurs des infrastructures destinées à la recherche, aux essais et à la démonstration en mer » des machines, tranche le Ceser.

De quels atouts la région dispose-t-elle dans cette analyse ? De ses savoir-faire : de grands établissements de fabrication d’équipements électriques et électroniques, de fabrication de matériel de transport, une diversité d’acteurs tournés vers l’industrie nautique, et un tissu de PME innovantes dans les domaines des technologies de la mer, de l’énergie, de la mécanique, des matériaux composites sont implantés en Poitou-Charentes. « En termes d’emplois, il s’agit d’accompagner les personnes plus dans une évolution des emplois existants que dans l’accès à des métiers nouveaux », note le Ceser, qui, par ailleurs, incite à s’assurer du soutien de la société. Cela « passera par la sensibilisation », et par l’appréciation des impacts environnementaux. Un autre atout est le Grand Port maritime de La Rochelle, dont « il ressort qu’il est le plus adapté à cette nouvelle activité », en particulier pour accueillir les projets de construction ou de maintenance des outils de production.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP