Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > DCNS se branche sur les énergies marines renouvelables

DCNS se branche sur les énergies marines renouvelables

Dernière mise à jour le jeudi 16 juin 2011

Article paru sur le site "La Tribune" - Mardi 14 Juin 2011
Visualiser l’article original



DCNS se branche sur les énergies marines renouvelables

Le groupe naval poursuit le développement de ses projets dans les éoliennes offshore flottantes, les hydroliennes, l’énergie thermique des mers et les fermes houlomotrice.

DCNS persiste dans les énergies marines renouvelables (EMR). Pas question pour le groupe naval d’abandonner pour l’heure l’un de ses quatre projets dans les éoliennes offshore flottantes, les hydroliennes, l’énergie thermique de mers ou les fermes houlomotrices. Après une phase d’études exploratoires, DCNS est actuellement dans une phase « de ballons d’essai » active, explique-t-on au sein du groupe, qui a lancé le développement de quatre démonstrateurs technologiques. Dans ce contexte, DCNS « répond à un certain nombre d’appels d’offres qui peuvent assez rapidement aboutir à des projets », assure-t-on.

Dans les éoliennes offshore flottantes, DCNS, dans le cadre du projet Winflo (Nass&Wind Industrie, pilote du programme, avec l’Ifremer, l’école d’ingénieurs Ensta Bretagne, Saipem et le bureau d’études Invivo) prévoit dès 2013 un prototype testé sur les côtes bretonnes et connecté au réseau national. Ce démonstrateur permettra l’installation « loin des côtes » d’une ferme éolienne pilote dès 2015.

Dans les hydroliennes, DCNS est en train d’installer « ces derniers jours » une turbine « à taille réelle » en Bretagne. « Cette technologie est prometteuse et le potentiel mondial est évalué à 80 gigawatt », selon le groupe naval. Il coopère avec le fabricant irlandais d’hydroliennes OpenHydro dans lequel il a pris début 2011 une participation de 8 %. DCNS a proposé l’installation d’un parc d’hydroliennes au gouvernement français, un projet évalué entre « 1,5 et 2 milliards d’euros », hors câbles et raccordement au réseau. Selon DCNS, un parc d’hydroliennes de 500 à 600 turbines peut produire l’équivalent d’un EPR (1,4 gigawatt).

Indépendance énergétique

DCNS garde également une position de leader dans l’énergie thermique des mers (ETM). Il pilote trois projets à la Réunion, en Polynésie et à la Martinique. Ces projets pourraient assurer à terme à ces îles leur indépendance énergétique. DCNS estime le marché mondial « entre 150 et 200 » centrales ETM. Enfin, le groupe est en train de finaliser un projet de démonstrateur révolutionnaire pour capter l’énergie des vagues (énergie houlomotrice). Il pourrait être « prêt fin 2011, début 2012 ».

Michel Cabirol



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP