Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Culture des algues. Parcs à huîtres et serres recherchés !

Culture des algues. Parcs à huîtres et serres recherchés !

Dernière mise à jour le mercredi 31 août 2011

Article paru sur le site "Le Télégramme" - Vendredi 26 Août 2011
Visualiser l’article original



Culture des algues. Parcs à huîtres et serres recherchés !

Cultiver des algues dans des parcs à huîtres et des serres légumières. Une diversification insolite mais porteuse d’espoir pour les paysans et les ostréiculteurs bretons, confrontés à une conjoncture difficile.

Derrière ces expérimentations discrètes se cache une grande ambition : le développement de l’algoculture en Bretagne. « Nous voulons combler le déficit français et passer de l’âge de la cueillette sauvage des algues à celui de leur culture, indique Olivier Bourtourault, ingénieur en microbiologie et président de la société Aleor à Lézardrieux (22), une écloserie d’algues de six salariés. Le projet Breizh’Alg, rassemblant chercheurs et professionnels (*), et soutenu par la Région Bretagne, vise à créer une filière « algue durable » dans la région.

Un revenu complémentaire

Les résultats de la première récolte, portant sur deux espèces d’algues alimentaires, dans des parcs en pleine mer, sont encourageants. Olivier Bourtourault et Marc Danjon, directeur général adjoint du Centre d’études et de valorisation des algues (Ceva) de Pleubian (22), deux des pionniers de Breizh’Alg, travaillent d’arrache-pied sur le sujet depuis deux ans. « Nous maîtrisons la culture de plusieurs espèces d’algues et leur reproduction en laboratoire, expliquent-ils. Mais nous avons besoin d’espace pour la phase suivante, le développement des plantules ». Les parcs ostréicoles, en partie vidés par la mortalité des jeunes huîtres, représentent un champ de culture idéal. Le Comité national conchylicole (CNC) de Bretagne-Nord et le Comité régional (CRC) de Bretagne-Sud ont saisi la perche. « Si le projet s’avère fiable, la culture des algues pourra apporter un complément de revenu, qui ferait du bien aux trésoreries des professionnels », estime Benoît Salaun, du CNC Bretagne-Nord. Le revenu tiré des algues pourrait représenter 15 à 20% du chiffre d’affaires dégagé par les huîtres.

Le marché asiatique très demandeur

Pour la première année d’expérimentation, les plantules de deux espèces alimentaires connues (wakamé et kombu royal) ont été ensemencées sur 14km de filins dans 24 concessions ostréicoles, en pleine mer, répartis de Cancale au golfe du Morbihan. La première récolte a été réalisée entre mai et juillet2011. Les résultats sont jugés « très positifs » par Marc Danjon et Olivier Bourterault. Cette année, 60km de filins ont été ensemencés en pleine mer et aussi sur l’estran. L’objectif est d’arriver à 1.000km (représentant 1.000hectares de cultures), avec trois nouvelles espèces d’algues dans une soixantaine de concessions en 2014, pour une récolte en 2015. « Nous pourrons alors être visibles sur le marché asiatique, très demandeur », soulignent les deux partenaires costarmoricains. Extension moins attendue du projet : Saveol, le spécialiste brestois de la tomate, est également entré dans Breizh’Alg et a commencé des tests de cultures d’algues alimentaires sous serre, dans des bacs contenant de l’eau de mer reconstituée.

(*) Ceva, groupe d’entreprises (Aleor, Algues de Bretagne, Saveol, Algie Plus, Oligocaps...), CNC et CRC Bretagne Nord et Sud, Bretagne Développement Innovation (mandaté par le Conseil régional).

Yves Drévillon



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP