Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Anglet : la pêche miraculeuse aura duré deux semaines

Anglet : la pêche miraculeuse aura duré deux semaines

Dernière mise à jour le mercredi 9 novembre 2011

Article paru sur le site "Sud-Ouest" - Mardi 25 Octobre 2011
Visualiser l’article original



Anglet : la pêche miraculeuse aura duré deux semaines

Par EMMANUELLE FÈRE

Les pêcheurs amateurs viennent de connaître 15 jours de prises record. Explications.

Les histoires de pêche record ne sont pas toujours des galéjades. Des anchois frétillant par milliers, des maquereaux se pressant par bancs entiers, voilà le miracle qu’on vécu les pêcheurs du littoral angloy, au cours des quinze derniers jours.

Robert Dabbadie, vice-président de la Fédération française des pêcheurs en mer (1), n’avait jamais vu cela. « Ce phénomène est saisonnier, mais cette quantité et cette durée de pêche sont exceptionnelles », s’exclame le pêcheur de loisirs, qui a été témoin de scènes inédites. « À proximité des jetées et de la digue des Cavaliers, les pêcheurs ont ramené des quantités telles de maquereaux qu’ils en ont fait profiter les passants, et pour une grosse partie, ils ont remis leur pêche à l’eau. »

Ramassés à la main

La pêche aux anchois semble encore plus incroyable. « Certains passants ramassaient à la main des anchois venus s’échouer sur le bord de mer », assure Robert Dabbadie. « Il y avait foule sur la plage dimanche : des pêcheurs, des passants surpris par l’afflux de mouettes, de curieux étonnés par la présence de bancs d’anchois visibles depuis le rivage », témoigne Séverine.

L’afflux de poissons a laissé des traces. Médusées par leur quantité le week-end dernier, Bénédicte et Denise ont équipé enfants et petits-enfants en vacances de cannes à pêche et épuisettes. Mais hier, le miracle était fini, comme l’a confirmé Antonio, sur la digue de La Barre. « Je n’ai rien pris, mais voilà deux semaines, j’ai attrapé une quinzaine de chinchards. Il ne faut pas confondre maquereaux et chinchards, insiste le pêcheur. Et trois jours plus tard, j’en ai attrapé sept ! »

Comment expliquer ce phénomène ? « Les anchois affluaient car ils étaient effrayés par leurs prédateurs que sont les maquereaux », mentionne Robert Dabbadie. « On peut expliquer cette quantité de poisson inédite par une saison exceptionnelle sur le plan météorologique, et par des mesures de préservation de la ressource prises depuis quelques années. »

À l’Ifremer, on suppose que les anchois sont des individus juvéniles incapables de s’organiser en bancs (lire ci-dessous). Des bleus en quelque sorte, venus nourrir d’autres bleus, les maquereaux.

(1) Rés. Alliance - Centre Jorlis à Anglet. Renseignements : 05 59 31 00 73. Internet : www.ffpm-national.com


- L’Ifremer livre son explication

Jacques Massé, chercheur à l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) émet une hypothèse susceptible d’expliquer l’afflux d’anchois sur le littoral.

Il s’agirait d’anchois juvéniles (nés dans l’année) : « Ils vivent en couches très denses en surface, mais ils n’ont pas la faculté de s’organiser en bancs pour fuir les prédateurs. Ils dépendent donc des courants et des vents qui les emportent ».

« Ces petits anchois servent de nourriture à de nombreux prédateurs comme les maquereaux, les thons, et les bars. Leur seule échappatoire est de sauter un peu partout à la surface. Près de la côte, les anchois juvéniles donnent l’impression de se jeter sur la plage ; ils sont coincés dans une colonne d’eau étroite. »

Les anchois juvéniles sont habituellement présents au large du golfe de Gascogne à cette époque. « Pourquoi cela se passe-t-il près des côtes ? Peut-être les eaux très chaudes, couplées à un vent du nord », émet Jacques Massé. Le chercheur précise : « Cet afflux littoral ne signifie pas pour autant que le golfe de Gascogne est rempli d’anchois. » En revanche, il existe une méthode scientifique pour évaluer la ressource en petits poissons pélagiques dans le golfe de Gascogne : la campagne PELGAS (PELagiques GAScogne) menée par l’Ifremer et ses partenaires. Elle s’intéresse à l’anchois, espèce à faible longévité (4 ans). Les résultats de la campagne 2011 sont pris en compte pour les décisions d’ouverture de la pêche aux anchois.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP