Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Algues vertes : un décret inquiète les écologistes

Algues vertes : un décret inquiète les écologistes

Dernière mise à jour le mardi 18 octobre 2011

Article paru sur le site "Le Figaro" - Mercredi 12 Octobre 2011
Visualiser l’article original



Algues vertes : un décret inquiète les écologistes

Le seuil d’épandage de déjections animales a été réhaussé de façon indirecte. Le ministère de l’Ecologie assure toutefois que cette mesure est cohérente avec un arrêté national plus contraignant qui sera rendu public le mois prochain.

L’association écologiste « Eaux et rivières » ne décolère pas. Elle s’inquiète d’un décret publié mardi au Journal officiel qui a indirectement relevé les normes actuelles d’épandage de déjections animales azotées sur les terres agricoles, faisant craindre une recrudescence de la prolifération des algues vertes. L’azote est en effet le principal nutriment de la laitue de mer et, en Bretagne, « 95% de l’excès d’azote provient du lessivage des excès de fertilisation azotée (animale et minérale, ndlr) amenée sur leurs champs par les agriculteurs », selon Alain Menesguen, directeur de recherche au département Dynamiques de l’environnement côtier de l’Ifremer*.

Le décret n’a pas changé le seuil de 170 kilos d’azote contenus dans les « effluents d’élevage » pouvant être épandus par hectare et par an, mais il a modifié les modalités de calcul au niveau des élevages. Désormais, il sera basé sur la « surface agricole utile » (SAU) et non plus sur la « surface potentielle d’épandage » (SPE). Les limitations actuelles - ne pas épandre près d’un cours d’eau, d’habitations, etc - sont maintenues. Si l’on s’en tient à ce texte, cela veut dire qu’un éleveur pourra en pratique répandre sur sa SPE une quantité de déjections calculées sur une surface plus grande de 10 à 20%. A cette aune, l’inquiétude des associations écologistes, qui espéraient une limitation drastique de la fertilisation des sols, est compréhensible.

« Un simple calcul mathématique »

La réalité est toutefois un peu plus complexe, explique Patrick Dabert, animateur de l’équipe Gestion et traitement des effluents d’élevage au Cemagref** : « la France doit relever la valeur théorique de la quantité d’azote émise par les vaches laitières pour se mettre en conformité avec l’Union européenne ». Celle-ci va passer de 85 à 101 kilos par an et par bovin dans un arrêté qui doit être rendu public le mois prochain, confirme le ministère de l’Ecologie. « Nous avons contrebalancé ce redressement par le changement du mode de calcul », précise Philippe Jeannot, chargé de mission à la direction de l’eau et de la biodiversité. « Cela nous permet d’autre part de nous calquer sur nos voisins européens et de faciliter les contrôles car les SAU sont mieux connues que les SPE », appuie-t-il.

« A priori, le décret ne changera rien pour les élevages bovins », analyse Patrick Dabert. Quant aux élevages porcins, très nombreux en Bretagne, ils ont pour la plupart déjà atteint leurs capacités maximales. Le risque de les voir s’agrandir est « très limité », estime-t-on au ministère de l’Ecologie.

« On ne verra pas diminuer les marées vertes

L’arrêté à paraître doit de toute façon inscrire au niveau national le principe d’ « équilibre de fertilisation ». Pour résumer, les apports azotés (animaux et minéraux) devront égaler ce que les cultures peuvent absorber. « Pour la majorité des élevages, cela va limiter les épandages d’origine animale à des niveaux bien inférieurs aux 170 kilos par hectare définis dans le décret », estime Philippe Jeannot. La période d’interdiction d’épandage doit par ailleurs être augmentée. Quant aux plans d’action et aux contrôles, ils seront désormais pilotés au niveau régional. Le ministère devrait ainsi gagné en efficacité.

Ce bouleversement annoncé de l’architecture de la politique de lutte contre les rejets azotés d’origine agricole sera-t-il suffisant ? Objectivement, il est encore trop tôt pour le dire. Pourtant, le temps presse. « Sans diminution très forte des fuites d’azote vers la mer, on ne verra pas diminuer les marées vertes », avertit Alain Menesguen. « Il faut réduire les apports d’azote minéral (engrais, ndlr) et, sans doute, le cheptel », estime-t-il. Et vite.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP