Cookie Consent by PrivacyPolicies.com

Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > Alain Cadec parle d’Europe aux pêcheurs

Alain Cadec parle d’Europe aux pêcheurs

Dernière mise à jour le mercredi 4 mai 2011

Article paru sur le site "Ouest-France" - Samedi 30 Avril 2011
Visualiser l’article original



Alain Cadec parle d’Europe aux pêcheurs

Le député européen est pendant deux jours au Guilvinec pour évoquer la réforme de la politique commune de la pêche.

Visite de la criée du Guilvinec vendredi à 6 h, du port de Saint-Guénolé à 8 h, petit-déjeuner avec les bolincheurs, puis visite d’un armement à 10 h... Agenda bien rempli pour le député européen et vice-président de la commission pêche Alain Cadec. Jusqu’à samedi, l’homme politique va à la rencontre des professionnels de la pêche, au Guilvinec et en baie d’Audierne, afin d’« écouter leurs attentes et leurs préoccupations » alors que se prépare au Parlement européen la réforme de la politique commune de la pêche. En fin de matinée vendredi, le député échangeait avec les représentants du comité local des pêches du Guilvinec. « Le Parlement européen est devenu un outil incontournable dans la politique commune de pêche et il faut les pêcheurs le sache », explique Alain Cadec. Cette réforme, qui vise à encadrer la gestion de la flotte européenne et des ressources hallieutiques, devrait entrer en vigueur en 2012.

Face à cette réforme, dont les textes doivent être votés avant l’été 2011, les représentants des pêcheurs n’ont pas caché leurs « grosses inquiétudes » : des propositions jugées « impossibles à tenir », comme les rejets zéro pour les bateaux ou les quotas individuels transférables, un « éloignement considérable » des centres de décisions européen, sans poste spécialisé dans la pêche, ou encore la forte place des « lobbies environnementalistes au Parlement ». René-Pierre Chever, secrétaire général du comité des pêches préconisait notamment de renforcer l’échelon régional en « renforçant les comités consultatifs régionaux », et le soutien d’une forme de « préférence communautaire ». Une politique commune de pêche qui sera « très douloureuse à négocier car les intérêts des uns et des autres sont différents, a reconnu Alain Cadec. Mais si je suis ici, c’est que je crois en l’avenir économique et social de la pêche française et bretonne. »



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP