23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Actualités de la mer > UBS. Des pistes pour valoriser la solieria

UBS. Des pistes pour valoriser la solieria

Dernière mise à jour le mardi 13 décembre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 12 Décembre 2016
Visualiser l’article original


Littoralg est l’un des quatre grands pôles de compétence mis en place au sein de l’UBS il y a quatre ans à l’initiative du président Jean Peeters.
300.000 € avaient été affectés à la mise en valeur de ce groupe de recherche chargé d’évaluer et de comprendre la dynamique de la ressource naturelle représentée par l’algue « solieria », la fameuse algue rouge très présente en Bretagne-Sud, notamment en presqu’île de Rhuys, et dont les échouages abondants constituent une véritable contrainte économique pour les communes affectées.
Anti UV, cosmétiques
« Aujourd’hui, on connaît la biomasse de solieria, son cycle de reproduction, et sa composition saison par saison.
On commence à bien comprendre les échouages », dit Nathalie Bourgougnou, directrice du laboratoire de biotechnologie et chimie marine qui porte le projet (*). L’objectif est de développer des voies de valorisation de cette ressource pour une gestion plus durable du littoral.
La solieria est déjà utilisée comme engrais sur les terres agricoles mais d’autres pistes prometteuses apparaissent : une molécule antibiofilm pour empêcher les algues de coller aux coques de bateaux et une molécule anti UV pour les cosmétiques

.../...

Lire l’article complet …


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP