23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !
Accueil > Les espèces > Elevées > Poissons - Tilapia

Poissons - Tilapia

Dernière mise à jour le lundi 28 février 2011

Le Tilapia est un poisson tropical qui semble parfait pour conduire une aquaculture raisonnée, garantissant sécurité et sûreté alimentaire dit-on !
Ce poisson met en effervescence depuis plusieurs années une dizaine d’organismes internationaux dont le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement).



Tilapia sauvage (Afrique)

Le tilapia est un poisson originaire d’Afrique qui peut avoir une ressemblance physique avec nos perches de rivières et qui vit aussi bien dans l’eau douce que dans l’eau salée !

Contrairement aux autres poissons susceptibles d’être élevés en aquaculture, il n’est pas forcément carnassier et peut se nourrir également de végétaux et de plancton, suivant son espèce (il y en aurait plusieurs dizaines) ; on pourrait donc le classer dans les omnivores.

La recherche actuelle porte sur une méthode non hormonale qui provoque une sélection du genre, les mâles étant plus propices à l’élevage, car ils grossissent plus vite.

En Europe, les hormones étant interdites à l’emploi dans l’élevage animal, un procédé thermique a été développé par le Cirad conduisant à la production de 90 % de mâles.
- Il semblerait que cette découverte ait des retombées réellement importantes au niveau mondial, qu’elle conduise à une autosuffisance proteïnique animale dans certains pays, et qu’elle permette éventuellement d’exporter la production.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP