12 décembre : L’année 2018 a été la deuxième plus chaude jamais enregistrée en Arctique depuis 190011 décembre : Baie de Somme. La densité des poissons a baissé de 80 % en 30 ans10 décembre : Les coquilles Saint-Jacques aussi mangent du plastique 8 décembre : Neoline. Les voiliers nantais transporteront des voitures Renault 7 décembre : Civelles. Un « trafic international » jugé à Nantes 6 décembre : #AlertePollution 5 décembre : Pollution des mers. Une concentration inquiétante de métaux lourds dans les plastiques 4 décembre : Saint-Philibert. Des plages envahies par des algues rouges 3 décembre : Dauphins. Les pélagiques font du bruit pour les sauver2 décembre : Grands fonds. Un labo commun entre Brest et la Chine 1er décembre : Bar. Les ligneurs craignent la fermeture de la pêche 30 novembre : Hx², la future voiture solaire à usage urbain d’Eco Solar Breizh29 novembre : Algues. L’or vert de la Bretagne28 novembre : Il est crucial de protéger la haute mer pour nous protéger27 novembre : Une bactérie mangeuse de CO2 découverte dans l’océan Pacifique26 novembre : Une chercheuse propose des solutions simples pour sauver les abeilles24 novembre : Ver marin. Visitez l’élevage qui révolutionne la greffe23 novembre : Des produits de la mer pour des gourmands pressés22 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée21 novembre : Pesticides : la consommation française cartographiée19 novembre : Tableau de bord interactif. Suivez la Route du Rhum en direct15 novembre : Brexit. Les pêcheurs s’invitent dans la négociation14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète »
Accueil > Actualités de la mer > Tara Pacific. La Station biologique à bord

Tara Pacific. La Station biologique à bord

Dernière mise à jour le mardi 6 février 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 00 Janvier 2018
Visualiser l’article original


Depuis plus d’un an, le bateau Tara arpente l’océan Pacifique pour dresser un bilan de l’état de santé du récif corallien.
Sont étudiés, les poissons, les coraux mais aussi le plancton de cet écosystème fragile.
C’est la raison pour laquelle deux scientifiques de la Station biologique de Roscoff ont pu embarquer.
Elles nous racontent leur travail. À l’âge de 10 ans, Sarah Romac découvre les expéditions vers les pôles de Jean-Louis Étienne sur son « Antartica », et attrape le virus de la science... mais aussi de l’aventure. Alors quand, à l’été 2016, elle monte à bord du même bateau, aujourd’hui devenu Tara, pour la mission Pacifique, c’est l’aboutissement d’un rêve.
« Je me suis dit wouah ! C’est une chance d’allier la recherche et le terrain ! ». Depuis le début de la mission, la jeune femme de 35 ans a embarqué quatre fois : au Panama, pour le début des prélèvements, en Polynésie française, au Japon et enfin en Nouvelle-Zélande, cet été, pour la remise en état du bateau avant la deuxième partie de l’expédition.
« Pas une croisière ! »
Autant d’escales qui font rêver. « Mais ce n’est pas une croisière ! », précise la jeune femme accompagnée de Morgane Ratin, 36 ans, qui a, elle aussi, embarqué six semaines, à la fin de l’été, entre Sydney et Nouméa. À bord, les journées démarrent à 7 h. Les scientifiques embarquent sur des semi-rigides pour rejoindre les lieux de travail.
« Contrairement aux autres expéditions où tout se faisait depuis Tara, on est obligé de travailler depuis des annexes car il y a peu de profondeur ». Pendant les prélèvements de coraux et de poissons, « un plongeur dirige le tuyau pour prélever l’eau.
Et sur le semi-rigide, l’autre pompe à la main. C’est du sport ! On prélève 100 litres d’eau de mer, au plus près des colonies », détaille Sarah Romac. L’après-midi, rebelote, avec l’eau de surface du récif : l’équipe plancton prélève de nouveau 100 litres d’eau, à la surface. Un plongeur réalise aussi des prélèvements avec un filet à plancton accroché sur un scooter sous-marin. Ensuite, c’est le moment du traitement : l’eau est filtrée puis fixée. Avant de rejoindre les 23 laboratoires partenaires, dont la Station biologique de Roscoff.

Cruciaux prélèvements

…/...
Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP