19 avril : Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest15 avril : Côtes-d’Armor. Un homard bleu très rare pêché dans la baie de Saint-Brieuc 13 avril : Le grand débarquement des méduses a commencé7 avril : Étoiles de mer. Draguées pour protéger les moules 4 avril : 22 % de la flore bretonne a disparu, est menacée ou quasi-menacée31 mars : Un plan européen pour "sauver" les stocks de poissons en Méditerranée29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président
Accueil > Les espèces > Elevées > Poissons - Saumon Atlantique d’élevage

Poissons - Saumon Atlantique d’élevage

Salmo salar

Dernière mise à jour le lundi 28 février 2011

Ce fut probablement l’un des premiers élevages de poissons en mer, du moins en Europe.

Certains élevages obtiennent vraiment un bon produit, même s’il n’est pas question ici de comparer le saumon d’élevage et le poisson sauvage.

Le débat sur l’élevage de poissons marins en général ne porte pas sur la qualité du poisson, mais bien sur les déjections non traitées qui polluent les estuaires, les fjords, les abers !


L’élevage du saumon en France est arrivé un peu par hasard, même si certains scientifiques et marchands espéraient pouvoir, un jour, commercialiser leurs découvertes.

- les Norvégiens et les Écossais, depuis les années 70, avaient pensé pouvoir "assister" la production de juvéniles, qui dans un premier temps étaient destinés au repeuplement !
Ayant réussi ils commencèrent à nourrir les juvéniles "élevés" dans des cages immergées ou flottantes.

- dans le même temps les Français s’étaient lancés sur l’élevage de la truite arc en ciel et du saumon coho, mais seul l’élevage de la truite est devenue pérenne, car le saumon utilisé (Oncorrhynchus kisutch ) fut victime de grosses mortalités estivales.

Pendant ce temps-là des équipes françaises travaillaient toujours sur le saumon Atlantique, s’attaquant à la compréhension des métamorphoses anatomique, physiologique et endocrinienne provoquées par ses migrations de l’eau douce vers la mer.

Les équipes de chercheurs d’Ifremer n’ont plus eu, alors, qu’à mettre en pratique leurs nombreuses expériences en laboratoires et bassins et ce sur plusieurs espèces.
Schéma de l’Ifremer.
En cliquant sur "Cycle biologique" et sur "Filière piscicole, vous verrez ainsi le cycle "géniteurs, écloseries, pré-grossissement, grossissement , alimentation" :
- fécondation artificielle, incubation, puis nourrissage des alevins véhiculés.
- séparation suivant taille et morphologie et distribution vers des bassins adaptés.
- enfin, l’année suivante, transfert dans des cages flottantes.

Depuis les premières expériences, chacun des pays a naturellement fait ses choix , améliorant les méthodes, la durée de vie en eau douce et en eau de mer, sélectionné les caractéristiques souhaitables pour l’éleveur, mais aussi pour le client final.

L’aquaculture en général et celle du saumon et de la truite en particulier ont explosé depuis les années 95.
Ainsi suivant les statistiques 2007 de la F.A.O., la production mondiale de saumon Atlantique est passée de 400.000 tonnes en 1995 à 1,2 million de tonnes en 2005 !

Les pays producteurs de saumons Atlantique : (tonnages, source F.A.O. 2007)

France (1) 1190 T
Islande 6488 T
Irlande 13764 T
Australie 16033T
U.S.A. 9401 T
Iles Feroé 18962 T
Canada 83653 T
Royaume-Uni 129823 T
Chili 374387 T
Norvège 582043 T

(1) La France est certes le plus petit producteur, mais il est aussi le plus respectueux de l’environnement :
- 2 sites marins l’un en Bretagne l’autre en Normandie,
- un site d’écloserie et d’alevinage en Aquitaine,
- et également un site de production complet en eau douce en Bretagne (source Ifremer).

Entier ou transformé, le saumon d’élevage mangé en France(130.000 T par an) provient essentiellement de Norvège 61 %, d’Écosse 22% et d’Irlande 8 %.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP