19 janvier : POINT DE VUE. L’océan en manque d’oxygène18 janvier : Pêche électrique : « La Commission européenne a menti », dénonce Yannick Jadot 17 janvier : Pêche électrique. Le « non » du Parlement européen16 janvier : Le Parlement européen s’oppose à la pêche électrique15 janvier : Huître plate. Porscave sonne la reconquête 13 janvier : Huître plate. Un centre technique à Lampaul-Plouarzel 12 janvier : Suisse. Pas d’eau bouillante pour les homards ! 10 janvier : Rorqual échoué. Opération hors norme à Lesconil 9 janvier : Pêche électrique. Sous haute tension 6 janvier : Pêche. Au nord, les Bretons privés de bar !5 janvier : Bar. Les apnéistes privés de leur poisson roi 4 janvier : Bonne Année, Meilleurs voeux3 janvier : En Complèment (La pêche du Bar suite)2 janvier : Repas de fête. Chers homards et langoustines Décembre 2017 : Pêche au bar. Prière de le remettre à l’eau !Décembre 2017 : Mer. Un distributeur automatique d’huîtres et moules !Décembre 2017 : Conseil municipal. « La numéro 3 » au menu Décembre 2017 : Huîtres. Parfumées au citron ou à la framboiseDécembre 2017 : Climat. Les bienfaits secrets des micro-algues Décembre 2017 : Erquy. Un plongeur apnéiste surpris avec 157 coquilles Saint-Jacques Décembre 2017 : Rade de Brest. Les huîtres et les pétoncles disparaissent Décembre 2017 : Quand la glace fond, les animaux trinquent !Décembre 2017 : Les criées jouent la transparence Décembre 2017 : Océanopolis. L’importance du plancton en 3DDécembre 2017 : COMMUNIQUÉ DE PRESSE NATIONAL I PARIS I 20...Décembre 2017 : BretagneFinistèreBrest Record tour du monde solitaire : François Gabart sur la ligne d’arrivée entre 04h00 et 07h30Décembre 2017 : Plancton. La mer vaut bien une symphonie Décembre 2017 : Golfe du Morbihan. Une cité de l’huître en 2020 Décembre 2017 : Abeilles. La vente de deux pesticides suspendueDécembre 2017 : Bretagne Nord. Les plaisanciers privés de barDécembre 2017 : Huîtres. Sous haute surveillance Décembre 2017 : Pêche électrique. Intermarché vent deboutDécembre 2017 : Erdeven. Un thon rouge échoué à la barre d’Étel Décembre 2017 : Grands Fonds : Ifremer dévoile son prochain robot sous-marinDécembre 2017 : Glénan. Début de la saison de la pêche à la coquille Saint-JacquesDécembre 2017 : Quotas de pêche. Des débats jugés "puérils"Décembre 2017 : Pêche illégale. Un drone de surveillance testé en baie de Saint-Brieuc Décembre 2017 : Huîtres plates et pétoncles noirs. Hécatombe en rade de Brest
Accueil > Recettes > Mes ingrédients > Safran

Safran

Crocus sativus

Dernière mise à jour le mardi 5 août 2008



Le safran est une épice de qualité qui se marie fort bien avec la plupart des produits de la mer et avec beaucoup d’autres choses encore !

Il est issu d’une espèce particulière de crocus : "crocus sativus".
La fleur de ce crocus possède trois stigmates :
- ceux-ci, ainsi que la tige qui les relient à la fleur, sont séchés.
- on les utilise en cuisine comme assaisonnement ou comme colorant.

Description botanique et ramassage du safran

A retenir :
- il faut de 160.000 à 200.000 pistils de crocus sativus pour faire un kg de safran séché.
- chaque pistil est ramassé à la main à une époque donnée (automne en général, mais cela varie suivant la position géographique du pays) et à un degré de maturité qu’il convient de respecter.
- ceci explique le prix élevé du safran !

Pour être à peu près sûr de ne pas être trompé sur la marchandise, préférez les stigmates (filaments) à la poudre qui est trop souvent falsifiée.
Safran fil (pistil)

Savez vous que l’on cultive du crocus à safran en France ?
- safran du Gâtinais
- safran du Limousin
- safran du Quercy

D’une façon générale il semblerait que le meilleur safran soit récolté en Iran (qui produirait 80 % du safran dans le monde), mais il existe plusieurs autres pays producteurs : Turquie, Maroc, Afghanistan, Chine, Espagne et Italie, principalement.

Le curcuma longa s’appelle aussi le "safran d’Inde" ; il est utilisé dans la confection du curry mais, hormis la couleur dégagée, il n’y a rien de commun entre le curcuma longa et le crocus sativus.

Partout le safran devient "l’or rouge" !
- à l’échelon artisanal en France le prix du kg sec avoisine les 30.000 € (soit 30 euros le g.)
- au Maroc il serait négocié sur place, en grosse quantité, aux alentours de 15 € les 3 g (soit 5 euros le g.)
- sur le web on peut trouver du safran de plusieurs origines, dont l’Afghanistan et l’Iran ; le prix courant serait de l’ordre de 4,50 à 5 euros le g. départ grossiste, mais comment juger de sa qualité ?



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP