Manger la mer, Invitez la mer à votre table !

Accueil > Actualités de la mer > SNSM. En avant pour la nouvelle flotte

SNSM. En avant pour la nouvelle flotte

Dernière mise à jour le lundi 21 octobre 2019

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 17 Octobre 2019
Visualiser l’article original


Le contrat de renouvellement de la flotte de la SNSM a été signé ce jeudi. La gamme sera désormais réduite à six modèles. Le chantier Couach (Gironde) sera le prestataire unique pour construire ces embarcations.

Jour de fête, ce jeudi, pour l’état-major de la SNSM (Société nationale des sauveteurs en mer). Son président, Xavier de la Gorce, signait le contrat fort attendu pour le renouvellement de la flotte. Il était temps.
Si ses sauveteurs disposent de 800 embarcations, dont 450 effectivement utilisables pour les sauvetages, elles sont hétéroclites (19 modèles différents) et vieillissantes : 45 % d’entre elles ont plus de 20 ans d’âge et 15 % plus de 30 ans. C’est donc la construction d’une gamme plus cohérente, réduite à six modèles (de 6,5 à 17 mètres de longueur), ayant en commun un faible tirant d’eau, garantissant une meilleure sécurité à ses utilisateurs et répondant à l’évolution des interventions qui s’engage. Elles étaient surtout destinées aux pêcheurs en détresse, dorénavant elles concernent principalement les plaisanciers.

140 navires sur la décennie

Les autres missions assurées par la SNSM, notamment la formation, ne sont pas oubliées. En outre, l’aménagement de ces navires sera aménageable selon les besoins. Ce process de conception représente cinq ans de travail pour la SNSM, assuré par « un groupe de travail pluridisciplinaire (…) associant de nombreux sauveteurs issus des stations de sauvetage et des Centres de formation et d’intervention ». Et un prestataire unique a été choisi pour construire ces navires. Le Chantier Naval Couach installé depuis plus d’un siècle sur le bassin d’Arcachon, emploie plus de 200 collaborateurs. Le contrat signé, ce jeudi, comprend deux tranches de cinq ans, portant chacune sur 35 navires, pour une valeur de l’ordre de 30 millions d’euros. Seule la première tranche est ferme.

Pour la suite, on comprend que la SNSM se garde la possibilité de décider au gré de ses capacités financières, y compris en augmentant la production. C’est en effet 140 navires qu’elle ambitionne de construire, sur la décennie, pour un investissement de 140 millions d’euros. Outre ses références techniques, il est probable que c’est en acceptant cette « flexibilité contractuelle » que le Chantier Couach a su convaincre son nouveau client qui pourrait représenter 10 % de son chiffre d’affaires. « Notre décision doit beaucoup à l’expérience de nos bénévoles, pas à une dérive technocratique », plaide, de son côté, Xavier de la Gorce.

« 31 % de la sous-traitance à la Bretagne »

Lire l’article complet sur ...



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP