23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi29 septembre : Bar. La pêche récréative peut reprendre lundi en Nord-Bretagne 27 septembre : SeaCleaners26 septembre : Quand la science aide à faire tomber les cartels de l’ivoire25 septembre : Algues brunes. Le bon filon d’une entreprise bretonne rticle paru sur le site "Le Télégramme :"...24 septembre : Bar. Le ras-le-bol des ligneurs 23 septembre : La Bretagne ne veut pas rater le train 22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert22 septembre : Rade de Brest. Coquilles : la campagne devrait passer au vert21 septembre : Le Croizic. La première éolienne flottante française a commencé à produire de l’électricité 20 septembre : La Dominique, premier pays au monde à interdire le plastique18 septembre : Coquille Saint-Jacques. Pêcheurs français et britanniques trouvent un accord 17 septembre : Un cluster pour booster la filière algues 15 septembre : Requin-taupe, travaux et raid 14 septembre : Pêche. Un drone de surveillance en test à Plouézec [Diapo et vidéo] 13 septembre : Coquille Saint-Jacques : échec des négociations entre Français et Britanniques12 septembre : La haute mer, un bien commun pas encore protégér11 septembre : Pourquoi il ne faut pas tuer les araignées chez vous10 septembre : « The Ocean Cleanup », un énorme extracteur, va nettoyer le vortex de déchets dans le Pacifique8 septembre : Coquille Saint-Jacques. « Blocage » des négociations entre pêcheurs français et britanniques
Accueil > Actualités de la mer > Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion

Risques côtiers. Le Parc naturel du golfe et l’UBO mesurent l’érosion

Dernière mise à jour le jeudi 5 avril 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 00 Mars 2018
Visualiser l’article original


À part à la Maison-Blanche, les faits ne souffrent guère de contestation : le réchauffement de l’atmosphère entraîne une fonte des glaciers et a, notamment, pour conséquence une montée du niveau de la mer. L’équipe scientifique du Parc naturel régional du golfe du Morbihan n’a pas attendu d’avoir les pieds dans l’eau pour lancer des études. « Nous avons réalisé plusieurs simulations, certaines qui, si tout est mis en oeuvre, mesurent l’élévation du niveau de la mer de 20 cm dans un siècle. Et d’autres, qui mesurent la hausse d’un à deux mètres si rien n’est fait ». Ronan Pasco, responsable du pôle mer et littoral, présent vendredi sur la plage de Saint-Pierre, à Locmariaquer, n’y était pas pour déclencher des alarmes.
Une observation sur 18 mois

Certains espaces urbanisés ou naturels devraient se trouver sous l’eau d’ici un siècle ans. Mais en attendant, il y a deux attitudes à adopter : faire comme si cela n’existait pas et continuer. Ou prendre les devants et anticiper la montée des eaux, en la limitant et en envisageant de « reculer » vers les terres. Des décisions lourdes... « Mais qui sont politiques. Nous, notre rôle est de mesurer les enjeux, de poser les bonnes questions et d’établir des protocoles », explique Monique Cassé, directrice du Parc.

Pour ce faire, le PNR s’est associé à l’Université de Bretagne Occidentale, représentée par Alain Hénaff, enseignant-chercheur, afin de travailler « sur les 18 mois qui viennent, à la mise en oeuvre d’indicateurs de vulnérabilité aux risques côtiers. Nous avons déjà établi une batterie de données que nous mettons désormais en commun et que nous allons compléter et tester sur cinq communes littorales du territoire d’Auray Quiberon Terre Atlantique qui se trouvent dans le Parc ».

Soutenus par leurs élus, Saint-Philibert, Locmariaquer, Crac’h, Auray et Pluneret participent à cette observation.

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP