22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement9 avril : Le saumon rose de l’Arctique remonte plus loin le fleuve Mackenzie
Accueil > Les espèces > Poissons > Raies - Généralités

Raies - Généralités

Dernière mise à jour le vendredi 15 mai 2009



Les poissons cartilagineux sont souvent rassemblés sous le vocable de raies ou rajiformes ; il semblerait qu’il existe plus de 100 espèces de raies de par le monde.

Gustativement parlant, les avis sont encore très partagés à notre époque, mais il est probable que les cantines scolaires aient laissé de très mauvais souvenirs de la raie à la plupart d’entre nous !
À titre personnel, j’aime la raie quand elle est fraîche (encore qu’elle ne doit pas être cuisinée le jour de sa pêche ni le lendemain sous peine d’être coriace) et préparée sobrement.

Il existe une bonne trentaine de sortes de raies rien qu’en Europe, je ne décrirai ici que celles que l’on trouve habituellement sur les marchés en France ou plus exactement dans le grand ouest.

Il faut savoir que les raies, comme bien d’autres poissons, ne pourront pas survivre à une pêche excessive, d’une part parce qu’elles acquièrent leur maturité à un âge avancé (11 à 12 ans en moyenne), et d’autre part parce que les « raitons » (petites raies) sont trop souvent pris par mégarde dans les filets.
Sans valeur marchande, ils sont éliminés... et ne peuvent donc pas assurer la reproduction.

La plupart des spécialistes halieutiques s’accordent à penser que beaucoup de sortes de raies disparaîtront inéluctablement dans les prochaines décennies, en particulier la raie blanche (raja alba) ou même le pocheteau gris (dipturus battis) !


- en été, les femelles pondent des œufs (40 à 150 selon l’espèce) de 9/10 cm de long et de 5/6 cm de large.
- ces oeufs s’accrochent généralement dans les herbiers ; ils ressemblent à des capsules brunes.
- quand ces capsules sont vides, elles sont appelées "bourses de sirène" et leur présence peut faire penser à une nurserie pas très loin !

- vous pouvez aussi trouver ces oeufs sur la plage.

Ce site en anglais vous en dira un peu plus sur les oeufs de raie.


Conseils d’achat :

- la raie est un poisson qui se conserve relativement bien, si bien que des professionnels non scrupuleux sont tentés de la laisser à l’étal plus qu’il ne serait souhaitable !

Les grands principes de vigilance (si vous ne connaissez pas le poissonnier)
N’achetez pas si :
- la raie est en morceaux,
- elle est pelée ,
- elle a sa peau supérieure, mais celle-ci est sèche,
- les franges de la chair sont violettes, roses, ou jaunes,
- les bords sont raides,
- elle a une odeur fortement ammoniaquée !

Les signes de fraîcheur :
- la raie est entière, elle est gluante,
- si elle est vendue en morceaux (ailes ou demi-ailes), sa peau supérieure est gluante, sa peau du dessous est bien blanche ou uniforme (sans marbrure).
- sur la tranche, derrière la tête, la chair est d’une belle couleur uniforme.
- l’ensemble du poisson semble souple, et principalement les bords.
- l’odeur est plutôt fade.


Conseils de conservation :

- votre poissonnier peut vous donner un conseil du genre " cette aile-là, vous pouvez la manger dans 3 jours" ou au contraire "c’est à manger pour aujourd’hui ou pour demain".
- dans le cas où vous êtes juste de passage, tenez-vous en à votre jugement.

- si la raie est très fraîche, gardez-la avec sa peau au réfrigérateur (bac à légumes) au moins 2 jours, (trois serait mieux) sinon elle sera trop dure.

- si, par manque de place, vous ne pouvez pas la mettre au réfrigérateur, mettez-la dans une cuvette, et recouvrez la cuvette d’un chiffon ou d’une serpillère trempée dans l’eau et juste essorée.
- attention néanmoins à la température, pas plus de 10° !



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP