24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Rade de Brest. L’effort de pêche sur la praire menace-t-il le maërl (...)

Rade de Brest. L’effort de pêche sur la praire menace-t-il le maërl ?

Dernière mise à jour le lundi 5 décembre 2016

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 02 Décembre 2016
Visualiser l’article original


Les bancs de maërl de la rade de Brest sont-ils menacés par une augmentation de la pêche à la praire ?
Le maërl, c’est ce tapis d’algues calcaires rouges ressemblant à du corail et recouvrant librement une bonne partie des fonds de la rade de Brest.
On trouve un peu partout, jusqu’à 30 m de fond, du maërl vivant recouvrant du mort dans les endroits où l’eau est la plus claire. Le maërl représente un habitat et une zone de nurserie essentiels pour l’écosystème sous-marin, notamment pour les espèces commercialement exploitées (Saint-Jacques, pétoncles, palourdes, praires...), rappelle Bretagne Vivante.
Dégradation depuis 2004
Les restrictions autour de la coquille Saint-Jacques (pour cause de taux de toxine ASP trop important) ont entraîné une intensification de l’effort de pêche sur la praire.
Avec des dragues aux dents plus profondes pour les extraire du sédiment. Bretagne Vivante, par le biais de ses spécialistes scientifiques, met en avant les études de l’université de Brest qui ont montré qu’une partie significative des bancs de maërl de la rade a vu son état se dégrader fortement depuis 2004, sous la pression des engins de pêche.
« Il est désormais urgent de mettre en place un plan d’exploitation modérée des bancs de praires en rade de Brest qui épargnerait les bancs où le maërl est encore vivant et permettrait une activité coquillière plus durable », souligne Jean-Luc Toullec, de Bretagne Vivante, qui insiste sur la croissance et le renouvellement extrêmement lent du maërl.
Études en cours

.../...

Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP