29 mars : Brexit. Les pêcheurs veulent des garanties27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Pourpre (coquillage)

Pourpre (coquillage)

Nucella lapillus, bigorneau blanc

Dernière mise à jour le vendredi 14 août 2015

Je trouve que c’est un joli coquillage, on le découvre souvent en relevant le goémon des rochers, au milieu des moules, des bigorneaux noirs.
On l’appelle aussi la "nucelle".



Pourpre (Nucelle)

On rencontre quelquefois ce genre de bigorneau blanc en compagnie de ses oeufs disposés les uns à côté des autres, sortes de petites outres d’environ 2 mm, ouverture en l’air.
- il peut aussi être bariolé de marron, ou gris ou presque noir

Ce bigorneau blanc paraît bien inoffensif : erreur !
- il prend le temps de percer ses proies à l’aide d’une râpe (radula) constituée de centaines de petites dents très acérées et d’une enzyme qu’elle secrète concomitamment
- cela lui prend environ 48 heures pour faire son trou mais, ensuite, à l’aide d’une sorte de trompe, elle aspire l’ensemble du corps de la moule !

La pourpre est l’un des prédateurs de la moule et des balanes, mais curieusement, alternativement ...
- ainsi la pourpre peut délaisser les moules qu’elle a attaquées par exemple pendant 4/5 ans pour se retourner sur les balanes, laissant ainsi aux moules le temps de se régénérer !
(Michel Glémarec dans La biodiversité littorale, vue par Mathurin Méheut)
pourpre vivante

Comment un nuisible pourrait devenir utile :
http://www.sudouest.fr/2011/04/27/un-secret-a-percer-382451-1352.php

Utilisé il y a bien longtemps :
Catherine Dupont a découvert que l’utilisation de la teinture (aux couleurs « flashy ») tirée de la chair du pourpre ne date pas de l’occupation romaine mais, au moins, de l’âge du bronze :
http://www.letelegramme.fr/bretagne/recherche-elle-fait-parler-les-coquillages-24-11-2014-10435417.php

Plusieurs études scientifiques, montrent que les pourpres sont très sensibles, à certaines peintures antifoulling utilisées pour peindre les bateaux et les protéger des algues.
Malheureusement, ces peintures peuvent perturber gravement les processus hormonaux, des femelles, qui peuvent devenir stériles ou changer de sexe !
Il est probable que cela ne perturbe pas que les pourpres......
Nous apprendrons sans doute plus tard, que les mêmes effets déciment une multitudes d’autres organismes marins !



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP