18 juin : Voitures propres : la France rêve d’hydrogène 15 juin : Antilles. Un plan de lutte contre les sargasses14 juin : Sillon de Talbert. Plusieurs centaines de requins pris au piège de filets13 juin : Bouteilles en plastique. Des écoliers bretons font voter l’interdiction à la cantine12 juin : Coquillages. Restrictions de pêche en baie de Morlaix et en rade de Brest11 juin : "Un piège de plastique" : la mer Méditerranée compte plus d’un million de fragments de plastique au km²10 juin : Le coup de gueule du chef breton Olivier Roellinger9 juin : Mystère des sargasses : pourquoi les plages antillaises se couvrent-elles d’algues ?8 juin : Comment vraiment lutter contre la pollution plastique dans l’océan ?7 juin : Quiberon. Le réensemencement de coquilles Saint-Jacques a débuté ce mercredi6 juin : Du golfe de Guinée à la Thaïlande : les ravages de la pêche illégale5 juin : Pollution plastique en mer : le navigateur François Gabart lance l’alerte4 juin : Poissons bleus. Des stocks stables 3 juin : Criées. Innover pour plus de compétitivité 2 juin : Guadeloupe : des écoles fermées à cause des sargasses1er juin : Environnement : les "poubelles de la mer" arrivent en France31 mai : En Gironde, les policiers de la mer traquent les braconniers à l’anguille30 mai : Sargasses : Girardin déplore l’inaction des précédents gouvernements29 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent28 mai : Qu’arrive-t-il aux lançons sur les plages bretonnes ? 26 mai : Les produits de la mer décidément bons pour le coeur !25 mai : Sept ans d’étude pour une première mondiale 24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure
Accueil > Actualités de la mer > Poisson de saison. Le bar à part

Poisson de saison. Le bar à part

Dernière mise à jour le samedi 27 janvier 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 23 Janvier 2018
Visualiser l’article original


Ken Kawahara, secrétaire de la plateforme de la petite pêche artisanale.
« Le principe de poisson de saison n’a aucune justification écologique. C’est une opération à des fins commerciales.
Dans le cas particulier du bar, il y a d’ailleurs un paradoxe à vouloir défendre deux métiers totalement opposés : l’hameçon d’une part, et le filet ou le chalut d’autre part ».
« Il faut avoir à l’esprit que la pêche bretonne a dû faire face à une révolution bleue qui s’est traduite par une réduction de moitié de la flotte depuis les années 90. Une transformation qui s’est surtout faite sur le dos de la petite pêche. Pourtant, aujourd’hui encore, les gros bateaux peuvent prélever en un seul trait de chalut l’équivalent de la pêche annuelle d’un ligneur ».

« De plus, la réglementation européenne s’entête à considérer qu’il y a deux stocks de bar au large de la Bretagne, de part et d’autre du 48e parallèle, l’un au Nord, l’autre au Sud.
Or, le simple principe de précaution mériterait d’imposer les mesures de restrictions à l’ensemble de notre façade maritime », déplore-t-il en appelant les citoyens à bannir le bar des étals entre février et mars.
« On ne cible plus le bar depuis 2015 », rappelle d’emblée Eric Guygniec, patron de l’armement de la pêche artisanale de Keroman (APAK) « Ce que l’on veut, c’est que les gens mangent du poisson, tout simplement, en leur proposant des espèces sous-valorisées.

C’est par exemple le cas du tacaud, vendu 15 centimes d’euros le kilo. On est tous responsables, notre démarche, c’est d’essayer de trouver des solutions », souligne le patron de l’APAK pour qui « il y a de la place pour tous les métiers de la pêche, du moment qu’ils sont encadrés ».

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP