15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique 13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre
Accueil > Les espèces > Coquillages > Pétoncle noir

Pétoncle noir

Chlamys varia, ou Mimachlamys varia

Dernière mise à jour le samedi 15 octobre 2016


Pétoncle noir

Nom usuel pétoncle noir
Noms régionaux pétonge, conchiliana, pélerino
Nom en anglais variegated scallop
Taille commune relevée 4,5 à 5,5 cm
Taille maximale à l’âge adulte 8 cm
Poids maximum relevé
Maturité sexuelle hermaphrodite alterné
Durée de vie maximale relevée 5 ans
Profondeur habituelle de -1 à -80 m
Sédentaire oui, mais pas exclusivement
Pélagique oui à l’état juvénile
État de la ressource évaluée -2015- en diminution
Prédateur forte prédation de la Daurade Royale
Pêche autorisée ou interdite :
du 1er janvier au 31 décembre

Pêche à pied et de loisir
Réglementation mise à disposition par le Ministère de L’Écologie, du Développement et de l’Énergie
- voir ici l’intégralité de l’arrêté du 26/10/2012 consolidé au 23/02/2013

Taille minimale de prise Périodes de fermeture Nbre prises/pers/jour
3,5 cm

RAPPEL pêche de loisir : La vente des produits pêchés est rigoureusement interdite


Conseils d’achat :

- Le pétoncle noir ne doit être acheté que vivant, et en cet état il est toujours fermé !
- Un pétoncle noir qui baille est un pétoncle fatigué.

habitats et habitudes alimentaires :

Contrairement aux vanneaux, pétoncle blanc, le pétoncle noir est sédentaire la plus grande partie de sa vie, fixé au fond, ou sur des coquilles vides, ou sur des pierres grâce à son byssus.
mais il peut rompre son byssus et se déplacer assez loin de son point d’attache, puis se refixer.
- Comme la plupart des filtreurs ils se nourrissent de phytoplancton


Conseils de conservation :

- Le pétoncle noir doit être consommé le plus rapidement possible !


Notes et commentaires :

Les gisement de Pétoncles noirs sont peu nombreux en France, et les pétoncles noirs subissent beaucoup de contraintes, les pollutions, les dévasements, les prélèvements humains, tant et si bien qu’ils s’amenuisent, et qu’en Bretagne on parle à court terme d’avoir recours aux écloseries (qui pour l’instant continue à développer un protocole de mise à disposition).
On constate qu’en 2002 on extrayait en France 1250 tonnes de pétoncles noirs et en 2012/150 tonnes !
Il est donc grand temps de faire quelque chose.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP