24 mai : acidification des océans. L’Ifremer à la pointe23 mai : Grâce au super ordinateur il traque la crépidule en rade de Brest22 mai : Pêche récréative au bar. Des députés se mobilisent pour la préserver21 mai : Bassin d’Arcachon : Interdiction de consommation de tous les coquillages, y compris les huîtres18 mai : Pourquoi la France importe plus de poissons qu’elle n’en exporte ?17 mai : Pêche. Alain Cadec, désigné rapporteur européen sur le plan de gestion pluriannuel Manche et Atlantique 15 mai : Une première « attaque contre le plastique » menée à Montréal14 mai : Antilles. Le retour en force des sargasses 12 mai : Comment les crevettes influencent le climat en brassant les océans 11 mai : La pollution de l’eau par les nitrates diminue dans l’Union européenne10 mai : "Le Manta", Un navire révolutionnaire pour nettoyer les océans9 mai : Mobilité active : Saint Lô pédale à l’hydrogène8 mai : Santé. L’huître pour mieux comprendre le cancer 7 mai : Bord à bord. Des bateaux sur-mesure4 mai : L’anguille en danger : les chercheurs girondins se mobilisent2 mai : Baie de Saint-Brieuc. Les mytiliculteurs planchent sur l’avenir30 avril : Manifeste pour une cuisine responsable ! By Chef Simon28 avril : Emissions polluantes. Les cargos mis au pas27 avril : Coups de filet chez les trafiquants de civelles, jeunes anguilles protégées En savoir plusfiquants-de-civelles26 avril : Tévennec. Retour littéraire en enfer 25 avril : Secours. Impressionnant exercice maritime 24 avril : Eau et rivières. « Des plans de lutte » pas à la hauteur23 avril : Hécatombe de coraux dans la Grande Barrière australienne20 avril : La traque musclée contre les braconniers de bébés anguilles19 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ? 17 avril : L’huitre plate se développe à l’étang de Diana16 avril : Huîtres. La filière veut lutter contre la pression immobilière 14 avril : Langoustine. Lorient veut faire voyager la « demoiselle »13 avril : Le printemps à Océanopolis12 avril : Vigipol. Des compétences portées au niveau national ?11 avril : Royaume-Uni Brexit. Les pêcheurs manifestent contre l’application de la politique européenne10 avril : Le mercure est encore très présent dans notre environnement
Accueil > Les espèces > Coquillages > Pétoncle noir

Pétoncle noir

Chlamys varia, ou Mimachlamys varia

Dernière mise à jour le jeudi 21 décembre 2017


Pétoncle noir

Nom usuel pétoncle noir
Noms régionaux pétonge, conchiliana, pélerino
France
Pétoncle noir
Royaume-Uni
variegated scallop
Allemagne
Bunte Kammuschel,
Italie
canestrelli di mat
Espagne
Zanbururina
Taille commune relevée 4,5 à 5,5 cm
Taille maximale à l’âge adulte 8 cm
Poids maximum relevé
Maturité sexuelle hermaphrodite alterné
Durée de vie maximale relevée 5 ans
Profondeur habituelle de -1 à -80 m
Sédentaire oui, mais pas exclusivement
Pélagique oui à l’état juvénile
État de la ressource évaluée -2017 en rade de Brest-

Gisements endémiques détruits à 90 %

Parasites
Prédateurs

forte prédation de la Daurade Royale et du griset

Pêche autorisée ou interdite :
du 1er janvier au 31 décembre

Pêche à pied et de loisir
Réglementation mise à disposition par le Ministère de L’Écologie, du Développement et de l’Énergie
- voir ici l’intégralité de l’arrêté du 26/10/2012 consolidé au 23/02/2013

Taille minimale de prise Périodes de fermeture Nbre prises/pers/jour
3,5 cm

RAPPEL pêche de loisir : La vente des produits pêchés est rigoureusement interdite


Conseils d’achat :

- Le pétoncle noir ne doit être acheté que vivant, et en cet état il est toujours fermé !
- Un pétoncle noir qui baille est un pétoncle fatigué.

habitats et habitudes alimentaires :

Contrairement aux vanneaux, pétoncle blanc, le pétoncle noir est sédentaire la plus grande partie de sa vie, fixé au fond, ou sur des coquilles vides, ou sur des pierres grâce à son byssus.
mais il peut rompre son byssus et se déplacer assez loin de son point d’attache, puis se refixer.
- Comme la plupart des filtreurs ils se nourrissent de phytoplancton


Conseils de conservation :

- Le pétoncle noir doit être consommé le plus rapidement possible !


Notes et commentaires :

Les gisement de Pétoncles noirs sont peu nombreux en France, et les pétoncles noirs subissent beaucoup de contraintes, les pollutions, les dévasements, les prélèvements humains, tant et si bien qu’ils s’amenuisent, et qu’en Bretagne on parle à court terme d’avoir recours aux écloseries (qui pour l’instant continue à développer un protocole de mise à disposition).
On constate qu’en 2002 on extrayait en France 1250 tonnes de pétoncles noirs et en 2012/150 tonnes !
Il est donc grand temps de faire quelque chose.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP