25 septembre : Des quasi-méduses dangereuses en Bretagne, en Cornouailles et au pays de Galles24 septembre : Vidéo : en Asie centrale, la mer d’Aral renoue avec l’eau et la vie23 septembre : Economie de la mer. La criée, cœur battant de la pêche dans la nuit 22 septembre : Assises de la pêche. « Dans la mer, il n’y a pas de sous-produits » 21 septembre : Cousteau. La Calypso en rénovation, victime d’un incendie 20 septembre : Brexit. Les pêcheurs veulent un horizon dégagé19 septembre : Tara. L’expédition s’alarme pour les récifs coralliens18 septembre : Danisco. Un agrément pour de nouveaux débouchés17 septembre : Plouescat. Des physalies échouées à Porsmeur 16 septembre : Aquaculture. La ferme pilote du Ceva15 septembre : Des particules de plastique piégées au fond des mers9 septembre : Porspoder. La Physalia Physalis, un danger mortel 2 septembre : Pêche illicite. 200 kg de coques saisies en Petite mer de Gâvres 31 août : Un drone pour surveiller la mer et le littoral 22 août : Lorient. Saisie de 18 tonnes de thon rouge pêché illégalement 15 août : Le Canada, premier pays à commercialiser du saumon transgénique
Accueil > Actualités de la mer > Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest

Pétoncle. L’or noir de la rade de Brest

Dernière mise à jour le mercredi 19 avril 2017

Article paru
sur le site "Le Télégramme" - 18 Avril 2017
Visualiser l’article original


Encore une première mondiale à l’écloserie du Tinduff, à Plougastel !
Le site teste, depuis 2011, la culture du pétoncle noir pour être réimplanter en milieu naturel. L’expérience, renforcée par le programme Dirapen, en 2015, consiste à récupérer des larves de pétoncles depuis des géniteurs naturels préservés en bassin.
Rien d’artificiel ou de transformé. On se contente de nourrir les larves de géniteurs de la rade avec des solutions de phytoplanctons développées à l’écloserie.

Plusieurs millions de jeunes pétoncles ont ainsi été produits et relâchés en mer à partir de 2,5 cm. Un an plus tard, les pectinidés atteignent 4 cm et peuvent entrer dans le circuit de commercialisation.
On sait que l’opération de transport et de dissémination du semis occasionne la disparition de la moitié des jeunes coquillages. On sait aussi que la dispersion dans des zones ne disposant pas d’un habitat favorable et la prédation des daurades diminuent encore le nombre de survivants de ces jeunes coquillages.
Bien choisir l’habitat

.../...
Lire l’article complet …



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP