27 mars : Huître creuse. La sauvage gagne du terrain23 mars : Lorient. Scapak, un nouvel armement à la pêche artisanale 21 mars : Bréhat. Un pêcheur se fait piquer sa prise par un requin15 mars : Poisson. L’élevage est-il l’avenir du sauvage ? 14 mars : Calédonie. Les holothuries, un trésor convoité11 mars : Comité régional des pêches. Olivier Le Nezet réélu président 3 mars : Marine. Un trois-mâts école made in France pour Brest 2020 1er mars : Brexit. Les pêcheurs bretons se préparent à lutter28 février : Mer. Kaïros parie sur le composite biosourcé 25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large
Accueil > Recettes > Mes ingrédients > Persil frisé

Persil frisé

Dernière mise à jour le mardi 12 août 2008



Persil frisé (jeune)

Je préfère le persil frisé au persil plat.

Je l’utilise le plus souvent en l’équeutant car, comme pour le persil plat, la queue a un parfum plus fort, nous allons dire plus piquant.

- un persil frisé bien frais est incomparable en goût, c’est pourquoi j’essaie d’en avoir un peu au jardin.
- tout juste cueilli et lavé avant vos préparations culinaires, vous avez alors un arôme de qualité.

- le persil ne pousse pas toute l’année, donc dès que je le peux, j’en cueille ou j’en achète de manière à pouvoir l’équeuter, le hacher et le congeler.
- le persil congelé, bien que moins aromatique, permet néanmoins de réaliser des plats très honorablement.



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP