17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom11 janvier : Pêche. Le poisson tué à la japonaise à Quiberon 2 janvier : Dans le bassin d’Arcachon, des producteurs d’huîtres traditionnelles lancent une pétition contre les huîtres de laboratoire1er janvier : www.Manger-la-mer.org vous présente ses meilleurs voeux pour l’année 2017Décembre 2016 : Réveillon : une huître sur trois est "artificielle"Décembre 2016 : Florent Tarbouriech implante en Espagne son procédé d’"huîtres solaires"Décembre 2016 : Ostréiculture. Des « huîtres espionnes » pour déjouer les voleursDécembre 2016 : Huîtres d’Étel. « Ni trop salées, ni trop iodées »Décembre 2016 : Coquilles de la rade. Tous ne jouent pas le jeuDécembre 2016 : Fêtez Noël à Océanopolis !Décembre 2016 : Thoniers dans l’Indien. Finie la protection militaire Décembre 2016 : Pêche au bar. Les ministres ménagent les professionnelsDécembre 2016 : L’UE s’accorde sur les quotas de pêche 2017Décembre 2016 : UBS. Des pistes pour valoriser la solieria Décembre 2016 : Dauphins échoués. Un séisme sous-marin évoquéDécembre 2016 : Coquilles Saint-Jacques. Première pêche aux GlénanDécembre 2016 : Le retour inespéré de la morue du NordDécembre 2016 : Rade de Brest. L’effort de pêche sur la praire menace-t-il le maërl ?
Accueil > La Mer (Métiers / Loisirs) > Métiers de la mer > Pêcheurs à pied professionnels

Pêcheurs à pied professionnels

Dernière mise à jour le mardi 17 mai 2016

La profession de pêcheur à pied professionnel est peu connue par l’ensemble de nos contemporains, vous trouverez ci-dessous un résumé de leurs activités et des organismes d’encadrement et de formation.



Pêcheurs à pied professionnels

Ils sont régis par Le Comité National des pêches.

Le statut de pêcheur à pied professionnel est reconnu par la délivrance d’un permis national de pêche à pied, valable pour une durée d’un an et délivré par les DDTM (Directions Départementales des Territoires et de la Mer).

Pour y prétendre, un pêcheur doit :
- justifier de son affiliation à un régime de sécurité sociale correspondant à son activité (ENIM ou MSA),
- fournir son projet professionnel (en cas de première installation ou de changement significatif), ce qui permettra de s’assurer de la viabilité de l’activité projetée,
- justifier de sa capacité professionnelle ; à cette fin, une formation obligatoire a été mise en place depuis 2011 pour les nouveaux entrants dans la pêcherie.

Consulter l’excellent site du CNPMEM (Comité National des Pêches Maritimes et des Elevages Marins).



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP