14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi
Accueil > Actualités de la mer > PCB : les poissons de la baie de Seine touchés par la pollution

PCB : les poissons de la baie de Seine touchés par la pollution

Dernière mise à jour le mardi 16 mars 2010

Paris-Normandie - Dimanche 14 Mars 2010



PCB : les poissons de la baie de Seine touchés par la pollution

Pollution. Pas de doute : la contamination de la baie de Seine aux produits chimiques touche également certains poissons.

Ça devait bien arriver un jour. Un arrêté préfectoral pris le 8 février interdit la pêche à la sardine en baie de Seine pour cause de contamination aux PCB, ces produits chimiques toxiques plus connus sous le nom de pyralène entre autres et prohibés depuis les années 80. Après la Seine et les poissons d’eau douce, la mer est donc touchée à son tour, mais faut-il vraiment s’en étonner ?
La Seine, cet égout à ciel ouvert, est le fleuve d’Europe le plus plombé aux PCB. C’est juste connu depuis vingt ans. Vingt ans aussi que l’Ifremer observe de forts taux de concentration en PCB dans les moules et les huîtres de la baie de Seine. Aujourd’hui, des analyses réalisées par l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) en 2009 révèlent que la sardine est dans le rouge, et demain ce sera peut-être au tour du maquereau ou du bar de faire l’objet d’une interdiction de pêche.
Deux espèces qui mangent de la sardine, le souci étant que les PCB ont pour particularité la bioaccumulation dans les graisses au fil de la chaîne alimentaire. Pour l’instant, un armement fécampois est affecté, mais c’est toute la filière pêche régionale (132 navires, 600 emplois de marins) qui tremble à l’idée que l’interdiction puisse être étendue.
En alerte depuis la contamination identifiée dans le Rhône en 2005, les associations de défense de l’environnement accusent les autorités de ne « pas prendre la mesure du désastre » et dénoncent un manque de transparence face à la menace écologique, économique et sanitaire qui pèse.

Une inquiétante première
Jacky Bonnemains, président de Robin des bois, explique pourquoi le cas de la sardine est grave : « Il est désagréablement impressionnant de savoir qu’en se nourrissant de plancton et d’œufs de crustacés, la sardine est contaminée : c’est la première fois qu’un poisson pélagique, qui ne vit pas en profondeur mais en pleine eau, est touché. » Que l’anguille, qui évolue au plus près des sédiments souillés, transpire les PCB, rien de plus normal. Mais la sardine, « cela signifie que toutes les chaînes alimentaires marines sont imprégnées par les PCB, depuis les plus élémentaires comme le plancton », interprète Jacky Bonnemains. Et c’est maintenant qu’on l’apprend.
« On se préoccupe de cette question à la suite de la réinitialisation d’une norme européenne mise en application en 2007 », rappelle Jean-Luc Volatier, responsable scientifique de l’évaluation des risques à l’Afssa, qui propose une lecture plus nuancée de l’analyse à l’origine de l’interdiction de pêche à la sardine : « On n’est pas dans un scénario où tous les poissons sont contaminés. Les résultats sont globalement rassurants », assure l’expert.
Alors que les interdictions de pêche frappent tous les fleuves, « ce n’est pas à coup d’arrêtés qu’on réglera le problème », proteste Guillaume Llorca, responsable d’investigation de l’organisation environnementale WWF. « La solution d’urgence passe par la remise aux normes des stations d’épuration, la décontamination des sites industriels orphelins et des décharges publiques. C’est de la responsabilité de l’Etat de taper du poing sur la table. » Et d’avancer des fonds : la Norvège a déboursé 3 milliards d’euros pour dépolluer 800 km de fjords.
En France, on en est loin malgré le lancement, en février 2008, d’un plan national d’actions sur les PCB. Pour « faire pression sur les pouvoirs publics », Robin des bois a porté plainte contre X devant les tribunaux à Paris, Rouen et Le Havre, pour pollution du bassin et de la baie de Seine, et mise en danger de la vie d’autrui.

Sandrine Grosjean



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP