25 février : Pêche au bar. L’appel des ligneurs à la grande distribution 24 février : Frelons asiatiques. Sus à la reine !23 février : Casiers en osier. Un Ouessantin fait de la résistance !21 février : Hydrolienne fluviale. Un projet unique au monde dans le Rhône 20 février : Aulne. Le grand retour du saumon ?18 février : Billiers. Les huîtres sauvages menacent le port17 février : Aquaculture. Des dérives pointées du doigt 15 février : Dauphins. Hécatombe en Atlantique14 février : Groix. Une fumaison artisanale à Port-Tudy13 février : Nouvelle-Zélande. Des baleines échouées regagnent le large9 février : vacances de février rendez-vous à Oceanopolis !2 février : Brest. 5,5 millions d’euros pour le campus mondial de la mer 30 janvier : Récifs coralliens. Le constat alarmant de la goélette Tara 27 janvier : Une écloserie expérimentale à Porscave19 janvier : AOP. Des Japonais s’intéressent aux moules de bouchot 18 janvier : Cargo pollueur. L’armateur condamné à un million d’euros17 janvier : Brest. Une nouvelle identité visuelle pour le Shom
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Oyat (plante)

Oyat (plante)

Amophila arenaria

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013

L’oyat est une graminée qui s’adapte partout et qui aide les dunes à se fixer.



Oyat (fin d'été)

- l’oyat est une plante utile et même indispensable sur les dunes !

- suivant les régions elle peut être appelée "roseau des sables" ou "jonc des sables", "herbe des dunes".

- c’est une plante vivace, fortement implantée et multipliée par l’homme pour tenter de fixer les dunes du littoral atlantique français.

- voir ci-dessous un oyat en début de printemps ; le rhizome se trouve enfoui dans le sable, il mesure en général la taille de la plante en fleur soit environ 1 mètre, voire un peu plus.

oyat atlantique (détails)

- grâce à son rhizome long (tige traçante), l’oyat résiste à l’ensablement.
- en cas de forte sécheresse, ses feuilles et ses tiges peuvent se replier sur elles-mêmes, pour attendre des jours meilleurs et diminuer l’évaporation.

- son enracinement permet à d’autres plantes de venir s’implanter peu à peu ; sans l’oyat, elles ne pourraient pas résister à l’environnement difficile.

- l’oyat fleurit fin mai ou début juin, une inflorescence par tige couleur sable !



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP