13 juillet : Un iceberg soixante fois plus grand que Paris s’est détaché de l’Antarctique12 juillet : Algues vertes. Tsunami vert le retour10 juillet : Algues vertes. Un second plan mis en oeuvre 7 juillet : Brest. Fin des opérations de pompage sur les épaves de Maersk4 juillet : Activités nautiques. Un service de prévisions gratuites 3 juillet : Fumaison Groix renoue avec la tradition30 juin : Brest. À Océanopolis, la famille manchot s’agrandi29 juin : Écloserie. Des pétoncles noirs à l’essai28 juin : Sein. Les grands dauphins comme dans un écrin21 juin : Coquillages en rade de Brest. Le point sur les interdictions en cours
Accueil > Les espèces > Observées (en bord de mer) > Oyat (plante)

Oyat (plante)

Amophila arenaria

Dernière mise à jour le mercredi 2 octobre 2013

L’oyat est une graminée qui s’adapte partout et qui aide les dunes à se fixer.



Oyat (fin d'été)

- l’oyat est une plante utile et même indispensable sur les dunes !

- suivant les régions elle peut être appelée "roseau des sables" ou "jonc des sables", "herbe des dunes".

- c’est une plante vivace, fortement implantée et multipliée par l’homme pour tenter de fixer les dunes du littoral atlantique français.

- voir ci-dessous un oyat en début de printemps ; le rhizome se trouve enfoui dans le sable, il mesure en général la taille de la plante en fleur soit environ 1 mètre, voire un peu plus.

oyat atlantique (détails)

- grâce à son rhizome long (tige traçante), l’oyat résiste à l’ensablement.
- en cas de forte sécheresse, ses feuilles et ses tiges peuvent se replier sur elles-mêmes, pour attendre des jours meilleurs et diminuer l’évaporation.

- son enracinement permet à d’autres plantes de venir s’implanter peu à peu ; sans l’oyat, elles ne pourraient pas résister à l’environnement difficile.

- l’oyat fleurit fin mai ou début juin, une inflorescence par tige couleur sable !



Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP