14 novembre : Pêche au bar. Les précisions de la FNPP 13 novembre : Zéro rejet. Scientifiques et pêcheurs dans le même bateau12 novembre : Economie de la mer, la mer grande oubliée de l’Histoire 8 novembre : Saint-Brieuc : plus de coquilles Saint-Jacques, mais quel effet sur le prix ?7 novembre : Route du Rhum. Le point à 6 h6 novembre : Baie de Morlaix. Un chalutier remonte un engin explosif, l’équipage évacué5 novembre : Les pêcheurs de Boulogne-sur-Mer et de Nieuport se mobilisent contre la pêche électrique4 novembre : Route du Rhum. La quarantaine rugissante ! 3 novembre : Une pieuvre "Dumbo", très rare, observée au large de la Californie 2 novembre : Pour sauver le corail, ces îles paradisiaques ont interdit les crèmes solaires31 octobre : Biodiversité. Le rapport qui accable nos modes de vie 30 octobre : L’expédition Tara rentre à Lorient après 30 mois dans l’océan Pacifique29 octobre : Tara. « Le corail, véritable thermomètre de la planète » 25 octobre : Environnement. SeaBird déploie ses bioplastiques 24 octobre : Grain de Sail. Un voilier pour importer cacao et café 23 octobre : Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles 22 octobre : Pêches illégales. Des albatros « espions »21 octobre : Audierne. Des homards bleu, blanc et rouge réunis à l’Aquashow 20 octobre : Conchyliculture. Des filets biodégradables en test dans le Morbihan 18 octobre : Maison flottante. Une usine à Lannion pour produire l’Anthénea17 octobre : Sabella. L’immersion de l’hydrolienne reportée 16 octobre : Corridors maritimes. Les huit députés du Finistère écrivent au Premier ministre15 octobre : Biodiversité. Sous l’objectif des photographes animaliers bretons 13 octobre : Pêche au bar. Ils ont partagé leur victoire12 octobre : Métiers de la pêche. Une formation à Concarneau11 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc10 octobre : Le Giec appelle à des transformations « sans précédent » pour limiter le réchauffement9 octobre : Ouverture de la pêche aux coquilles Saint-Jacques8 octobre : La coquille Saint-Jacques de la baie de Saint Brieuc7 octobre : Grand Pavois. Le salon nautique met le cap sur l’environnement 6 octobre : Saint-Jacques. La pêche raisonnée a payé 5 octobre : Rade de Brest. Qualité de l’eau : le préfet jette un pavé dans la mare4 octobre : Ils mesurent la couleur de la mer... pour le bien de tous3 octobre : Les pêcheurs normands écœurés après l’ouverture de la pêche à la coquille : “Les anglais ont tout gratté !”2 octobre : Traité Vers une protection de la haute mer 1er octobre : Coquille Saint-Jacques. Ouverture de la pêche lundi
Accueil > Actualités de la mer > Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles

Ostréiculture. Une étude décrypte la surmortalité des huîtres juvéniles

Dernière mise à jour le mardi 23 octobre 2018

Article paru sur le site "Le Télégramme :"
- 11 Octobre 2018
Visualiser l’article original


Une étude parue dans Nature communications explique la surmortalité des huîtres juvéniles depuis 2008 par un virus qui les affaiblit, permettant une prolifération de bactéries.

Une attaque virale puis une prolifération de bactéries : ce scénario conduit aux épisodes de surmortalité des huîtres juvéniles enregistrés depuis une dizaine d’années, ont découvert des chercheurs dans une étude parue jeudi dans Nature communications.

Depuis 2008, la filière ostréicole enregistre d’importants taux de mortalité chez les naissains (larves) et les juvéniles (jeunes huîtres). En France, jusqu’à 75 % des jeunes huîtres ont été perdues certaines années. Cette épizootie concerne l’ensemble des zones ostréicoles françaises, « mais aussi d’autres pays d’Europe (Irlande, Espagne, Italie, Angleterre) et d’autres pays d’autres continents (Chine, Australie, Nouvelle-Zélande, Corée du Sud) », explique à l’AFP Guillaume Mitta de l’université de Perpignan via Domitia, qui a participé à cette étude menée conjointement avec l’Ifremer, le CNRS et l’université de Montpellier.

Les huîtres juvéniles particulièrement touchées

Tous les pays cultivant l’huître du Pacifique, première espèce d’huîtres exploitée dans le monde, sont touchés. La maladie s’attaque aux huîtres d’élevage et sauvages et en particulier aux jeunes. Jusqu’à présent, des études pointaient du doigt un certain nombre d’agents pathogènes potentiels : l’herpès virus OsHV-1 et des bactéries du genre vibrio, explique le scientifique. « Notre étude a démontré la nature polymicrobienne de cette maladie », poursuit-il.
Dans un premier temps, le virus s’introduit dans l’huître juvénile et s’y développe en 24 à 48 heures, selon un communiqué. Alors que les défenses de l’huître sont affaiblies, des bactéries pathogènes prolifèrent dans l’animal, entraînant sa mort dès 68 heures après l’infection virale. Pour comprendre l’intégralité du processus, les scientifiques ont étudié des familles d’huîtres résistantes « issues de parents ayant déjà survécu à la maladie, et des familles sensibles, issues de parents n’y ayant jamais été exposés », selon le communiqué.

Ils ont découvert que « les huîtres résistantes, contrairement aux sensibles, parviennent à juguler l’infection virale dans leurs tissus, en réduisant la réplication du virus ». « Elles connaissent peu ou pas de réplication virale et pas non plus de flambée bactérienne comme chez les huîtres sensibles », selon le communiqué.

…/...
Lire l’article complet sur ...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Contacts | Qui suis-je ? | Remerciements | Plan du site | SPIP